Sephora a été scolarisée au Lycée Montessori International Athéna lorsqu’elle avait 3 ans. Je m’en souviens très bien, l’année scolaire était déjà commencé et ses parents étaient venus nous rencontrer sur conseil d’une professionnelle. Elle avait appris à lire toute seule et ne voulait plus aller à l’école publique de son quartier. La maîtresse la punissait car elle donnait trop rapidement les réponses à un jeu sur les animaux car elle réussissait à lire tous les noms écrits au dos des cartes.

Nous avons donc accueilli Sephora et adapté notre enseignement à ses dons. C’est ainsi qu’elle a passé son bac avec 4 ans d’avance, puis est partie étudier la médecine au Canada. Aujourd’hui, après la réussite aux examens de fin de 4ème année avec les félicitations, elle a rejoint l’Angleterre et nous a accordé un interview pour notre podcast « les adultes de demain » afin d’évoquer son enfance, sa scolarité, son adolescence et sa vie d’adulte aujourd’hui.

Cet interview est très émouvant et intéressant car il est rare de rencontrer une personne comme elle qui analyse sa vie avec autant de perspicacité à tout juste 19 ans.

Vous pouvez écouter cet épisode en allant sur n’importe quelle plateforme de podcasts et en tapant « les adultes de demain ».

Si vous aimez cet épisode, merci de le partager autour de vous car de nombreux parents sont dans la situation de ceux de Sephora et cet interview pourra les aider dans une meilleure compréhension de leurs enfants.

De même pour les enseignants, nous avons régulièrement des enfants comme Sephora dans nos classes et il est important de pouvoir leur apporter le meilleur.

C’est encore une fois un cas où on voit l’utilité des écoles hors contrats comme la nôtre, qui peut totalement adapter sa pédagogie aux besoins de l’enfant au fur et à mesure des années, afin de lui offrir le meilleur.

Ce fut pour moi un moment merveilleux car Sephora a été dans ma classe pendant 4 ans au cours de ses années de primaire, et c’est très émouvant de l’entendre aujourd’hui !

Sylvie d’Esclaibes

Publié par :Sylvie d'Esclaibes

Qu'en pensez-vous ?