Colloque International au Sénat pour l’Ecole

Colloque International au Sénat pour l’Ecole

Il est très important de se mobiliser nombreux car de nouvelles lois sont en cours d’adoption concernant les écoles hors contrat qui vont priver les français de la liberté de choix pour l’éducation de leurs enfants.

En effet, ces lois portent une atteinte très importante aux écoles hors contrat qui ne pourraient être créer que par des enseignants ou surveillants d’une école privée ou publique. Ceci signifie que même un enseignant du supérieur ou un orthophoniste ou un éducateur de jeunes enfants ne pourront pas créer d’école alors qu’un surveillant pourra le faire.

Par ailleurs, ne pourront enseigner que des personnes ayant une licence. Où est le gage de qualités de bienveillance et de bons pédagogues chez une personne qui a une licence ?

Tout cela va énormément nuire aux écoles hors contrat qui sont le seul choix de pédagogies alternatives proposées aux familles et qui donc permettent de répondre aux besoins de chaque enfant et de chaque famille.

Venez donc nombreux et diffusez autour de vous !

Sylvie d’Esclaibes

Publié dans Participez au débat... | Tagué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Les pédagogies alternatives préconisées par le rapport Villani

Les pédagogies alternatives préconisées par le rapport Villani

La pédagogie Montessori est de plus en plus reconnue comme étant celle qui répond le plus aux besoins et aux plaisirs de l’enfant. Encore une fois le rapport Villani reconnaît que les mathématiques Montessori sont vraiment les plus adaptées. Alors pourquoi voter des lois qui vont forcément pénaliser nos écoles Montessori qui sont des écoles hors contrat pour la plupart ?

Quel dommage ! De plus en plus de scientifiques, de neuroscientifiques, etc… reconnaissent la valeur de cette pédagogie et pourtant tout n’est pas mis en oeuvre pour qu’elle puisse être proposée à tous les petits Français.

C’est bien regrettable  !

Je partage donc avec vous cet article paru dans Le Monde du 15 février dernier et écrit par Margot Desmas.

Sylvie d’Esclaibes

 

Maths : les pédagogies alternatives préconisées par le rapport Villani

Montessori fractions

Le matériel concret des cercles fractionnés.

Cédric Villani a remis, lundi, un rapport proposant 21 mesures pour réformer l’enseignement des mathématiques. La méthode de Singapour et la pédagogie Montessori y sont citées en exemple.

Temps de lecture : 6 min

Une année de plus, la France est dernière de la classe en mathématiques à l’échelle de l’Europe, selon le classement Timss. A l’international, les résultats ne sont guère plus encourageants : classé 36e, l’Hexagone se situe en deçà de la moyenne mondiale. Pour remédier à ce mauvais classement, le ministre de l’éducation a chargé le mathématicien et député de La République en marche, Cédric Villani, et l’inspecteur de l’éducation nationale Charles Torossian de proposer des solutions pour réformer l’enseignement des mathématiques en France.

Le rapport, remis lundi 12 février, fait état de vingt et une mesures pour améliorer le niveau des élèves français. Deux méthodes d’enseignements alternatifs sont notamment prises en exemple pour avoir fait leurs preuves à l’étranger.

La méthode de Singapour

Appliquée depuis 1980 dans l’Etat asiatique, la méthode de Singapour est fréquemment citée en raison des bons résultats des élèves singapouriens, dans le trio de tête des classements internationaux en mathématiques depuis plus de vingt ans. Cette méthode destinée aux élèves de primaire consiste à expliquer brièvement les notions étudiées puis à les mettre immédiatement en application pour inciter les élèves à résoudre des problèmes par eux-mêmes et mieux comprendre les démarches mathématiques. Concrètement, cet enseignement se fonde sur trois étapes chronologiques de l’apprentissage.

  • La modélisation incite les élèves, dans un premier temps, à dessiner des schémas pour chaque exercice auquel ils sont confrontés. Par exemple, pour résoudre une soustraction, les enfants vont représenter des barres avec, d’une part, les données connues dans l’énoncé et, d’autre part, la quantité inconnue qu’ils vont devoir déterminer. Représenter concrètement des notions abstraites serait un atout lors de la poursuite dans l’enseignement secondaire, notamment pour l’apprentissage de l’algèbre.
  • L’approche concrète-imagée-abstraite consiste dans un deuxième temps à aborder chaque notion sous l’angle d’un problème concret permettant aux élèves de manipuler des objets tels que des bâtons ou des jetons pour le résoudre. Ces objets sont ensuite remplacés par des images qui les représentent. Enfin, lorsque les élèves se sont familiarisés avec ces images, ils passent à l’écriture de chiffres et de symboles. Cet aspect n’est pas exclusif à la méthode de Singapour, mais cette dernière en fait un usage systématique.
  • La verbalisation, troisième et ultime étape de cette méthode pédagogique, appelle les élèves à mettre des mots sur les notions qu’ils ont acquises en expliquant les étapes qu’ils ont suivies pour résoudre un problème. L’enseignant s’appuie sur de nombreux exemples pour aider les élèves à assimiler la notion et à l’appliquer à différentes situations.
  • Montessori mathématiques

    Les opérations

  • La méthode de Singapour se distingue par un enseignement plus approfondi mais comportant moins de notions abordées en une année scolaire. Malgré son succès, cette pédagogie comporte de nombreuses particularités qui la rendent difficilement transposable en France. A Singapour, les enseignants bénéficient notamment d’une formation continue de cent heures par an qui prend en compte les résultats de recherches en éducation.

Les professeurs français reçoivent, eux, une formation continue obligatoire de dix-huit heures par an, et un plan national prévoit de consacrer neuf heures supplémentaires à l’enseignement des mathématiques. Bien loin tout de même du socle de formation singapourien. La formation des enseignants français fait partie des aspects critiqués par le rapport Villani en raison de sa durée réduite et de son contenu ne répondant pas aux besoins de la profession. Le rapport préconise donc d’adapter la méthode de Singapour au modèle français en gardant les aspects les plus efficaces de cette pédagogie alternative, comme la modélisation des problèmes mathématiques.

La pédagogie Montessori

photo @juliemarcelliphotographie

Déjà en usage dans les écoles du même nom, la méthode Montessori est une pédagogie active développée au début du XXe siècle, qui s’appuie sur une plus grande autonomie donnée à l’enfant. A l’origine, elle ne concerne pas uniquement les mathématiques mais tout le champ d’apprentissage des élèves jusqu’au lycée. Dans les faits, cette pédagogie se rapproche de la méthode de Singapour, mais elle s’en distingue par l’importance accordée au développement de l’enfant. Trois aspects la différencient de l’enseignement classique appliqué dans la majorité des écoles françaises.

  • Les élèves sont plongés dans un « environnement préparé » pour encourager leur autonomie. Ils y ont accès à un ensemble d’objets habituellement absents des salles de classe, comme des barres de bois ou des chiffres imprimés, lors de l’enseignement des mathématiques. Cet environnement évolue en fonction des « périodes sensibles » de l’enfant, six phases distinctes prenant en compte les activités stimulant les élèves en fonction de leur âge.
  • Dans l’environnement Montessori, l’enfant est libre de choisir son activité et le temps qu’il souhaite y consacrer. Le matin et l’après-midi, deux heures et demie à trois heures sont consacrées aux activités en autonomie.
  • De la même manière que pour la méthode de Singapour, la représentation imagée et la manipulation tiennent une importance primordiale. Les élèves peuvent visualiser les problèmes mathématiques à l’aide de représentations de boulier par exemple, avant de passer à l’assimilation abstraite des chiffres.
Montessori mathématiques

Apprendre à compter.

  • Montessori - mathématiques

    Un matériel qui permet de bien apprendre. Photos Julie Marcelli

Le rapport Villani s’inspire de la pédagogie Montessori et préconise notamment de laisser une plus grande autonomie à l’enfant pour « redonner de l’intérêt et de l’attractivité à la discipline » et tenter d’effacer le désamour pour les mathématiques chez les jeunes enfants. L’enjeu est de cultiver le plaisir dans cette matière, tout en portant un autre regard sur l’erreur. Un défi pour les auteurs, qui proposent d’inscrire les mathématiques comme une « priorité nationale ».

Publié dans Participez au débat... | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Atelier fabrication n° 2 à Bordeaux-Gradignan

Atelier de fabrication de matériel Montessori n° 2 à l’Ecole Montessori Internationale de Bordeaux Gradignan

Devant le succès de notre premier atelier de fabrication de matériels Montessori, notre formatrice, Elodie, a décidé d’organiser ce deuxième atelier. C’est toujours un grand bonheur que de pouvoir fabriquer soi même le matériel pour les enfants.

Pour vous inscrire, n’hésitez pas à envoyer un mail à : formation@montessoriathena.com

Sylvie d’Esclaibes

 

 

Publié dans Bébé | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Notre école Montessori Athéna de Carvin dans la banlieue de Lille

Notre école Montessori Athéna de Carvin dans la banlieue de Lille

Notre école Montessori Athéna de Carvin propose une classe maternelle et une classe élémentaire avec un enseignement Montessori bilingue anglais-français sous forme de 4 demi-journées en français et 4 demi-journées en anglais en immersion totale. C’est le meilleur moyen pour apprendre une deuxième langue comme une langue maternelle dès le plus jeune âge.

Montessori autonomie

Vers l’autonomie : savoir boutonner et déboutonner

Notre école Montessori Athéna de Carvin

Ces classes sont dans de magnifiques locaux, une ancienne ferme clos de murs au centre de la ville.

Montessori autonomie

Vers l’autonomie : savoir boutonner et déboutonner

 

 

Les enfants de 2 ans 1/2 à 11 ans y apprennent bien dans une ambiance calme et sereine qui leur permet de bien s’épanouir. Comme dans toutes nos écoles Montessori Athéna, ils y développement leur motricité fine, leur concentration et leur confiance en soi par le travail individuel sur la vie pratique. Ils y développent leurs sens grâce à tout le matériel de vie sensorielle. Ils apprennent à compter et à lire en respectant leur rythme dès le plus jeune âge aussi. Sans oublier tout le matériel de culture si riche en Montessori qui permet à chacun de tout connaître sur le monde qui l’entoure.

Montessori langage

Apprendre à lire quand on est prêts

Nous serons ravis de vous accueillir sur place à notre prochaine soirée portes-ouvertes le mardi 22 mai entre 17 h et 19 h. Nous vous ferons visiter l’école et vous expliquerons notre pédagogie qui a fait ses preuves puisque nous la pratiquons depuis près de 30 ans.

Montessori vie sensorielle

Le développement du sens visuel et du toucher grâce au matériel du cube du binôme.

Pour tout renseignement sur nos tarifs et pour toutes inscriptions, vous pouvez nous écrire à : carvin@montessoriathena.com

Sans oublier, nos cycles de formations Montessori (ouvertes à tous) qui ont lieu très régulièrement dans l’école Montessori Athéna de Carvin. Pour tout renseignement, consultez notre site www.apprendre-montessori.fr

Prochaines séances de modules pour les enfants de 3 à 6 ans :

  • Vie Sensorielle : 28 avril
    Mathématiques : 26 mai
    Langage : 9 juin
    Culture : 30 juin

Session du 16 au 20 juillet : modules sur le matériel pour les enfants de 3 à 6 ans.

Montessori langage

Une meilleure connaissance de l’environnement avec le développement du vocabulaire.

 

 

 

 

Montessori le temps

Apprendre les notions de temps est fondamental pour trouver sa place.

Montessori - mathématiques

Apprendre les maths avec le matériel concret.

Sylvie d’Esclaibes

Publié dans Carvin, Formations | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le cannabis à l’adolescence accroît le risque psychotique

Le cannabis à l’adolescence accroît le risque psychotique

Un article écrit par Pierre Kaldy et publié dans le Figaro du 16 avril 2018

Je souhaite vraiment partager cet article avec vous car il me semble très important d’informer les jeunes sur les risques qu’ils encourent à consommer du cannabis. En effet, je constate qu’aujourd’hui une très grande majorité de jeunes adolescents et de plus en plus jeunes, consomment très régulièrement ces substances et pensent que cela est totalement anodin pour eux, pour leur santé et pour leur avenir.

Alors qu’ils sont en train de porter une grave atteinte à leur santé, à leur équilibre et à un avenir heureux. Et cette consommation aura des effets sur ces jeunes irrémédiables et comme ils ne sont pas suffisamment matures pour en mesurer les dangers c’est aux adultes à être vigilants et à les en empêcher.

Je vois malheureusement dans notre lycée des parents qui savent que leurs enfants consomment et qui ne font rien et je trouve cette attitude dramatique.

On a tous dans nos familles des jeunes qui ont vu leur vie gravement atteinte quand ce n’est pas perdue, à cause du cannabis. Donc arrêtons de minimiser tout cela et aidons nos jeunes à ne pas tomber dans ce genre de consommation. C’est notre responsabilité d’adultes qui ont choisi de vivre parmi les jeunes.

Sylvie d’Esclaibes

« Le risque de développer à l’âge adulte une maladie de type schizophrénique est multiplié par trois.

A demonstrator smokes a joint during the the « Grow your rights » rally in Santiago, demanding the depenalization of marijuana on June 03, 2017. / AFP PHOTO / Martin BERNETTI

Les personnes ayant consommé régulièrement du cannabis à l’adolescence ont trois fois plus de risques de développer un trouble psychotique de type schizophrénique avant l’âge de 30 ans, conclut une vaste étude finlandaise de l’université d’Oulu. «Ces résultats sont très clairs, confirme Franck Schürhoff, spécialiste de la schizophrénie aux hôpitaux universitaires Henri-Mondor à Créteil, et d’autant plus intéressants que les adolescents étudiés n’avaient eu aucun symptôme précurseur, ni de parents affectés.»

«Le cerveau des adolescents est en plein remodelage neuronal et hormonal avec la puberté» dit Franck Schürhoff, spécialiste de la schizophrénie aux ­hôpitaux universitaires Henri-Mondor à Créteil

Sur les 6534 jeunes Finlandais interrogés il y a quinze ans, ceux qui avaient déclaré une consommation fréquente de cannabis étaient trois fois plus nombreux en proportion à avoir déclaré une psychose par la suite. Chose rare dans ce type d’étude, cet effet spécifique de la drogue a pu être distingué de celui de la consommation, souvent conjointe, de tabac ou d’alcool.

Cet effet est corroboré par une étude anglaise de l’université de Bristol, récemment publiée dans la revue médicale JAMA Psychiatry. Sur une population de 5300 adolescents de 14 à 17 ans, ceux déclarant un usage régulier de cannabis avaient un risque trois fois plus élevé d’avoir eu à 18 ans un trouble psychotique (hallucination, délire, voix intérieures).

De plus en plus de passages aux urgences

Là encore, ce risque est apparu beaucoup plus lié au cannabis qu’au tabac. L’hypothèse parfois évoquée que les personnes plus à risque de troubles psychotiques se tournent vers le cannabis a aussi été mise à mal car les adolescents ayant eu à 12 ans des symptômes précurseurs de psychose n’étaient pas plus nombreux à consommer la drogue. «Les adolescents s’avèrent particulièrement vulnérables au cannabis, précise le professeur Franck Schürhoff, car leur cerveau est alors en plein remodelage neuronal et hormonal avec la puberté.» C’est aussi à cet âge que leurs neurones présentent un pic de récepteurs au THC, la substance chimique hallucinogène de la drogue.

Chez les adultes, la responsabilité du cannabis dans le déclenchement de troubles psychotiques est connue depuis longtemps des psychiatres. Elle apparaît maintenant au grand jour dans l’État américain du Colorado, qui a progressivement libéralisé l’usage de cette drogue. En 2009, sa commercialisation à but thérapeutique a été autorisée pour des raisons médicales limitées et mal établies. En 2012, sa consommation récréative a été légalisée. Début 2014, sa commercialisation est permise sous la pression de divers lobbies industriels ou pro-cannabis et avec la perspective alléchante pour l’État de fortes rentrées fiscales. La conséquence a été une augmentation de 20 % des visites aux urgences pour troubles psychiques liées à l’usage du cannabis de début 2012 à fin 2014. Pour les adolescents, ces visites ont pratiquement triplé de 2009 à 2015.

Une drogue facile d’accès et riche en THC

Une telle progression intrigue les chercheurs du département de la Santé du Colorado à l’origine de l’étude, car le nombre de consommateurs réguliers de cannabis et son usage thérapeutique semblent stables depuis des années. Une fréquentation répétée des urgences par les mêmes consommateurs ne semble pas en cause. La conclusion la plus plausible, selon eux, est que le cannabis, devenu beaucoup plus facile d’accès et de plus en plus riche en THC, fait payer un tribut de plus en plus lourd aux populations fragiles qui en font un usage régulier.

«Pourquoi n’y aurait-il pas aussi des campagnes de prévention plus générale sur les dangers du canabis, comme pour le tabac ou l’alcool ?» dit Franck Schürhoff, spécialiste de la schizophrénie aux ­hôpitaux universitaires Henri-Mondor à Créteil

Cela semble aussi le cas en France, selon le dernier rapport du Centre européen de surveillance des drogues et de leurs addictions (EMCDDA). Il montre que la prise en charge médicale des personnes pour troubles psychiques dus au cannabis a bondi depuis 2012, date à partir de laquelle la teneur en THC de la résine de cannabis a aussi progressé. Les diverses formes de cannabis dont la teneur en THC a triplé ces dernières années présentent un danger nettement supérieur pour le système nerveux, et celui-ci n’est plus atténué par d’autres substances présentes naturellement dans la plante.

«La consommation de cannabis devient un problème de santé publique chez les adolescents, d’autant plus s’ils présentent des signes de risque de psychose comme le repli social, une diminution de la motivation, des croyances bizarres ou des perceptions inhabituelles», prévient Franck Schürhoff. À côté des structures de type «centre de détection et d’intervention précoce» tel que celui de Nancy, les maisons d’adolescents de chaque département doivent jouer un rôle important pour dépister les jeunes les plus vulnérables et leur éviter de basculer dans la première crise psychotique. «Et pourquoi n’y aurait-il pas aussi des campagnes de prévention plus générale sur les dangers de cette drogue, comme pour le tabac ou l’alcool? s’interroge le psychiatre, nous connaissons désormais les risques de dépendance et de schizophrénie qu’elle fait courir à toute une partie de la population.»

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Les Grands Récits de Maria Montessori en livres pour les enfants

Les Grands Récits de Maria Montessori en livres pour les enfants

Les Grands Récits de Maria Montessori sous forme de livres pour les enfants viennent de paraître. Nous les avons écrits avec Noémie d’Esclaibes (Directrice de l’Ecole Montessori Internationale de Bordeaux-Gradignan) en partant de notre expérience auprès des enfants de nos écoles.

Ils sont écrits sous forme d’une histoire extraordinaire que vous raconterez aux enfants tout en accompagnant ce récit extraordinaire d’expériences qui leur permettront de comprendre de nombreux phénomènes physiques. Ces livres sont illustrés de photos extraordinaires qui font rêver les enfants.

Dès leur parution, je les ai apportés dans ma classe et les ai lus aux élèves d’âge très varié et les enfants ont été fascinés par les livres, les illustrations et les récits.

Nous avons également reçu les retours de nombreux parents dont les enfants ont beaucoup aimé les lire et les regarder.

Vous pouvez les trouver à La Librairie des Ecoles, dans les librairies, les grandes surfaces, la Fnac ou sur Amazon.

Sylvie d’Esclaibes

 

Publié dans Ecole Athéna Montessori Internationale, Mes publications | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Un incontournable

Un incontournable

Le livre de Marie Robert « Kant tu ne sais plus quoi faire, il reste la philo » me semble être un incontournable pour tous : pour les adultes mais aussi pour tous les lycéens.

A travers cet excellent livre, les jeunes se rendront compte que la philo fait partie de notre vie de tous les jours et peut être utilisée dans toutes situations.

De plus ce livre leur permettra de se faire une certaine culture philosophique qui leur sera bien utile.

Nos élèves de collège et lycée ont l’immense chance que Marie Robert soit leur professeur de français et de philosophie et je peux vous assurer qu’ils sont unanimes pour adorer ses cours.

N’hésitez pas à lire ce bel article de Grazzia : https://www.grazia.fr/culture/livres/marie-robert-nietzsche-ce-n-est-pas-du-miracle-morning-885489

Sylvie d’Esclaibes

Publié dans Presse | Tagué , , | Laisser un commentaire