Le logement Montessori pièce par pièce

La pédagogie Montessori ne commence pas à la porte des écoles qui en portent le nom et ne se limite pas à des locaux et à l’ensemble du matériel pédagogique. C’est avant tout le regard que l’on portera sur l’enfant, l’attention qu’on lui accordera, les choix éducatifs que l’on fera. C’est un esprit, une ambiance que l’on peut faire entrer dans chacune de nos maisons même si l’on ne dispose pas de tout le matériel académique et que l’on a pas encore fini de lire tous les livres sur le sujet ! 

Le « logement Montessori » ce serait un lieu d’habitation où l’on considère l’enfant comme une personne à part entière et où on le laisse prendre la place qui lui revient, même si cela nécessite des aménagements et des renoncements pour les adultes. 

J’ai ainsi pensé chaque pièce de ce logement, sans forcément être exhaustive mais plus pour donner des pistes de réflexion. 

L’entrée

L’entrée d’une maison ou d’un appartement est le lieu de l’accueil. Elle peut être très ouverte et donner sur une pièce de vie, ou être plus un sas entre le monde extérieur et le foyer. Quel que soit son aspect physique, elle est le lieu de séparation de l’intime et du public. C’est un lieu de passage. En entrant chez soi, on quitte notre « carapace d’extérieur » (manteau, chaussure, sac ou cartable), pour retrouver notre zone de confort, d’intimité (chaussons, tenue confortable, etc.)

Dans le sens inverse, en sortant de chez nous, on quitte notre intimité pour affronter le monde. 

Pour les personnes que l’on accueillera, l’entrée sera la première image que l’on donnera de notre famille. Il est donc important de se demander : qui est-ce que je veux recevoir chez moi ? Comment ai-je envie qu’il se sente accueilli ? 

Si vous voulez que votre entrée soit un lieu où un enfant se sente bien, je vous propose de commencer (comme cela sera vrai pour chaque pièce), par vous asseoir par terre pour être à la taille d’un enfant, et de regarder votre espace avec un regard neuf. 

De quoi aura besoin l’enfant ? 

– un endroit pour ranger ses chaussures et ses chaussons : cela doit être facile et pratique : un petit meuble ou une caisse sera très bien. Si votre enfant a besoin de s’assoir pour enfiler ses chaussures, prévoyez un siège ou un tabouret à sa taille.

En complément, vous pouvez aussi organiser une boîte à cirage. Dans cette boîte, vous pourrez mettre du papier journal, du cirage, une brosse et un petit chiffon. Montrez à votre enfant comment cirer ses chaussures et accompagnez-le les premières fois, du début à la fin de l’activité. Un enfant de 4 ans peut tout à fait apprendre à cirer ses chaussures et il le fera avec beaucoup de plaisir. 

– un endroit ou suspendre son manteau : veiller à positionner une patère à la hauteur de l’enfant afin qui puisse être totalement autonome pour ranger son manteau et éventuellement aussi accrocher son sac à dos.

– si vous faites le choix d’avoir un miroir dans l’entrée, demandez-vous s’il est à la bonne hauteur pour que votre enfant puisse s’y regarder. S’il est positionné trop haut, vous pouvez facilement prévoir un marche pied.

– Enfin, il est sûr qu’en entrant dans sa maison, l’enfant aura besoin d’y trouver des parents disponibles et attentionnés. Si votre téléphone peut être trop souvent un frein à la disponibilité que vous accordez à votre enfant, vous pouvez prévoir un panier qui servira à déposer les écrans afin d’être bien disponible à votre famille. Cela semble anodin mais n’oublions pas que nous sommes les premiers exemples pour nos enfants. Si nous voulons qu’en grandissant, ils ne passent pas tout leur temps devant des écrans, il faut commencer par prendre cette bonne habitude nous-même !

Le séjour

Le séjour est le lieu de la convivialité. Le lieu où l’on demeure, le lieu du temps gratuit. 

Lorsque la salle à manger n’est pas une pièce distincte, le coin repas est souvent dans cet espace. 

Asseyez-vous dans votre séjour et regardez-le avec ce même regard neuf dont vous avez usé dans l’entrée. 

Demandez-vous ce que vous voulez faire de ce lieu qui devrait être chaleureux et convivial. Comment envisagez-vous les moments de qualité en famille ? 

Dans votre salon, prévoyez un petit fauteuil à la taille des enfants afin qu’ils se sentent bien à l’aise. Vous pouvez aussi disposer un grand tapis avec des coussins, pour créer un endroit chaleureux pour les enfants, qui aiment souvent s’installer à même le sol.

Prévoyez une bibliothèque avec une belle sélection de livres, que vous changerez régulièrement, et que vous aurez plaisir à lire ensemble. Si votre enfant est déjà autonome pour la lecture, mettez également des livres qu’il aimera lire et regarder seul. 

Un placard peut être réservé à des jeux de société et des puzzles accessibles à toute la famille. 

Vous pouvez aussi ranger vos albums photos dans cette pièce, les enfants aiment beaucoup les regarder, se remémorer de beaux souvenirs, regarder les photos d’eux plus jeunes. 

Demandez-vous quelle place occupe les écrans dans votre pièce. Y a t’il une télévision ? Est-elle au centre de la pièce ou dans un coin ? Conditionne-t-elle l’orientation du salon ? 

Souvent, notre séjour est embelli d’une ou plusieurs plantes vertes. Vous pouvez prévoir un petit plateau pour que l’enfant apprenne à en prendre soin, dans lequel vous disposerez une petite paire de ciseau ou un sécateur pour couper les tiges mortes, un vaporisateur d’eau et une petite éponge pour nettoyer les feuilles et un arrosoir adapté à la taille de l’enfant. Expliquez lui à quelle fréquence prendre soin des plantes et comment le faire. Ce sera pour lui une vraie responsabilité. 

La cuisine

La cuisine peut être un endroit dangereux duquel on voudrait souvent protéger l’enfant. Et pourtant, si l’on regarde bien, on y passe beaucoup de temps. Les enfants, qui reproduisent avec joie ce que font les adultes, pourront vraiment y être co-acteurs si l’on arrive à la sécuriser et à la rendre accessible. Naturellement, ils apprendront à cuisiner, à faire la vaisselle, mettre la table, débarrasser. La cuisine peut facilement devenir un lieu de convivialité, de réalisation, de découvertes, d’autonomie.

Alors comment sécuriser cet espace et le rendre accessible ? 

Il est très difficile de favoriser l’accessibilité à tous les éléments de la cuisine, et ce n’est pas non plus souhaitable, car il faut quand même être très prudent face aux risques. 

Ainsi, pour que vos enfants accèdent à la cuisine, des précautions devront être prises : four en hauteur avec de préférence une porte froide, plaques de cuisson inaccessibles aux plus jeunes, deux préliminaires essentiels si l’on veut que les enfants soient en sécurité dans la cuisine. 

A contrario, dès leur plus jeune âge, les enfants devront avoir accès à un point d’eau, aux placards où est rangée la vaisselle, au réfrigérateur… 

Pour cela, s’il y a un élément qui est incontournable dans une cuisine Montessori, c’est un marche pied ou encore mieux si vous le pouvez une tour d’apprentissage. 

La tour permet à l’enfant d’avoir accès à presque tous les espaces de la cuisine , tout en étant parfaitement sécurisé.

N’hésitez pas non plus à équiper vos enfants de vrais ustensiles de cuisine, bien sûr toujours adaptés à leur taille, plutôt que du matériel « spécial enfant », souvent en plastique et peu efficace, dont les enfants se détournent très vite. En effet, très jeunes, les enfants peuvent (toujours sous la surveillance d’un adulte), utiliser un couteau, un économe, un presse-agrume, ou encore une rappe, si on leur a bien montré au préalable comment le faire. 

Pour ce qui est de la vaisselle, n’éradiquez pas de votre cuisine le verre et la porcelaine sous prétexte que ça casse. Si vous expliquez correctement à votre enfant que la vaisselle se brise facilement, il en prendra soin. 

Cependant, si le matériel doit être beau et réel, ne lui confiez pas non plus la plus belle porcelaine de la maison pour réaliser un gâteau si elle a une valeur sentimentale forte! Vous risquerez de lui en vouloir s’il venait à la casser, or les accidents arrivent quand même quelquefois, et il faudra à ce moment que l’enfant constate qu’il a eu un geste maladroit, que ce n’est pas grave, ça arrive et dans ce cas, on ramasse, on nettoie et on recommence. Vous accompagnerez alors votre enfant en douceur pour ramasser ce qui est cassé et sans le faire culpabiliser ni le reprendre bien sûr. Casser un verre arrive aussi aux adultes. 

Ce qui est important dans la cuisine pour que nos enfants puissent vraiment y trouver leur place, c’est de leur accorder du temps ! Le temps de leur expliquer, le temps de faire avec eux puis de les laisser faire seul sans intervenir (même si ça irait plus vite!), et quand ils sont encore petits et débutants, le temps de réparer avec eux les accidents qui pourront survenir, avec entrain et bonne humeur ! 

La salle de bains

Mais oui ! Dans la salle de bains aussi on peut permettre à notre enfant d’être autonome ! Si vous vous mettez à la taille de votre enfant, vous verrez comme il est difficile pour lui d’avoir accès aux différents éléments de la salle de bains. Entrer dans une baignoire peut s’apparenter à du saut de haie, atteindre le mitigeur de la douche serait, pour rester dans le registre, du saut en hauteur, quand au robinet de l’évier, c’est complètement mission impossible ! 

Pour ceux qui ont la chance d’habiter dans une maison ancienne, le bidet semble alors idéal ! Vous pouvez l’aménager en petit coin pour votre enfant, avec un miroir à sa hauteur, un savon, une serviette accessible. Vous pouvez fixer une planche sur laquelle l’enfant posera sa brosse à dents, son dentifrice et tout ce dont il aura besoin pour sa toilette. 

Sinon, le marche pied ou la tour sont alors des éléments indispensables pour que votre enfant soit vraiment autonome.  Vous pouvez aussi vous procurer des meubles lavabos conçus spécialement pour les enfants.

la chambre

Vous avez sans doute déjà lu des articles sur « la chambre Montessori idéale ».

Dans la pédagogie Montessori, on préconise un lit duquel l’enfant peut entrer et sortir seul dès son plus jeune âge. Il n’est pas besoin de dépenser des sommes astronomiques pour acheter un lit estampillé « Montessori ». Un simple futon ou matelas au sol suffit pour les touts-petits, et l’espace peut ensuite évoluer au fur et à mesure que votre enfant grandit. En tant que parents, vous serez les plus à même de juger ce dont à besoin votre enfant. 

Ce qui est important si vous optez pour le lit au sol pour votre tout-petit, c’est de poser le futon ou ce lit sur un tapis bien doux et chaud, au cas où votre enfant roulerait en dehors du lit pendant son sommeil. Il faut aussi dans ce cas que la chambre soit entièrement sécurisée (prises, ouvertures, limitation des courants d’airs., etc.), et que vous apposiez une petite barrière à la porte de la chambre pour que l’enfant ne puisse pas se retrouver sans surveillance dans un espace non sécurisé. 

Pour les plus petits comme les plus grands, la chambre est tout d’abord le lieu du sommeil. Il faudra donc que toute la décoration et l’ameublement favorise ce dernier, ou tout du moins qu’ils ne l’empêchent pas. On préfèrera ainsi le blanc ou les couleurs pastels aux couleurs vives, un style plutôt épuré. 

Vous pouvez aussi y installer une armoire penderie à la taille de l’enfant afin qu’il puisse être autonome dans son choix de vêtements et aussi pour les ranger lui-même.

Il pourra y avoir un petit espace jeux ou éveil (ce sera même nécessaire si vous n’avez pas de salle de jeux), bien dissocié du coin sommeil. 

On me pose souvent la question des jouets : en faut-il vraiment ? Et si oui que choisir ? 

A la première question je réponds oui, bien évidemment. Si Maria Montessori expliquait qu’elle avait enlevé les jouets, il s’agissait bien d’une ambiance de classe mais pas d’une chambre d’enfant. 

Effectivement dans nos écoles vous ne trouverez pas de jouets. Les enfants, même touts-petits, travaillent. 

Mais à la maison c’est différent. S’il n’en faut pas trop, certains jeux sont un vrai tremplin vers la créativité et l’imagination. Les enfants ont besoin pour se construire de beaucoup de temps de jeu libre, en intérieur comme en extérieur, sans qu’on leur donne de règles pour cela, sans que l’on intervienne et sans qu’on les interrompt. 

J’ai sélectionné quelques critères de choix :

– des jeux qui sont un tremplin pour l’imagination : déguisements, petits personnages type playmobils, poupée, dinette, figurines d’animaux, avec une préférence pour tous les jeux qui sont réalistes

– des jeux beaux, de qualité  et respectueux de l’environnement: ce sont les critères pour le matériel pédagogique Montessori, on peut les transposer pour les jouets des enfants : j’accorde toujours une préférence au bois ou aux matières naturelles plutôt qu’au plastique

– des jeux qui vont favoriser l’esprit logique et analytique : Kaplas, légos, mécano, géomag : ces jeux vont permettre aux enfants de réaliser des constructions, ils apprennent à trouver des astuces pour que le réalisé colle avec l’imaginé, en tenant compte des contraintes techniques. Ils apprennent à réfléchir en trois dimensions et à se projeter en trois dimensions.

– une caisse contenant un vieux drap, du carton, de la ficelle, quelques morceaux de bois etc. Cette caisse ne correspond à rien en particulier. Mais il en faut peu aux enfants pour se construire une cabane, un bateau ou encore un décor de spectacle. Si vous voyez que vos enfants ne vont pas naturellement vers cette caisse, choisissez un moment où ils sont près de vous pour l’ouvrir et construire avec eux une cabane ou autre. Une fois lancés, ils termineront sans doute la réalisation et cette caisse deviendra une vraie richesse pour eux, ils pourront la compléter à leur guise. 

Un espace de travail

Bien sûr, dans une lieu d’habitation Montessori on trouvera forcément un endroit avec du matériel Montessori à la disposition de l’enfant. Il pourra y aller pour travailler. Il est très important que cet espace ne se trouve pas à côté des jouets de l’enfant. Très vite, on retrouverait des cubes de la tour rose dans la dinette et les barres rouges et bleues pourraient bien se transformer en circuit de voiture ! Il est essentiel, si vous travaillez avec votre enfant à la maison, que l’espace de travail soit tout à fait distinct des autres activités et que le temps du travail soit lui aussi clair pour l’enfant. Vous pouvez disposer vos étagères dans le salon, dans un bureau ou même dans la chambre de votre enfant mais le matériel ne devra jamais être détourné. 

Si vous avez beaucoup de matériel, vous pouvez tout à fait l’organiser en aires comme dans une vraie classe afin que cela soit le plus logique et le plus cohérent possible pour l’enfant. 

Sylvie d’Esclaibes

Qu'en pensez-vous de cet article sur mon blog Montessori ?