L’audition, comprendre le fonctionnement de notre oreille !

Le système auditif est composé de trois parties :

  • l’oreille externe
  • l’oreille moyenne
  • l’oreille interne

Pour que votre enfant en comprenne bien le fonctionnement et les enjeux, vous pouvez lui proposer de réaliser une oreille en 3 « couches ». 

Pour la première couche, vous pouvez photographier l’oreille de votre enfant. 

Il pourra la légender avec les termes pavillon, conque, lobule. Vous pourrez lui expliquer aussi que le trou dans notre oreille correspond au conduit auditif et qu’au bout il y a le tympan. 

Sa forme permet de collecter le son, produit par des vibrations dans l’air, de l’amplifier et de l’envoyer dans le conduit auditif. Le tympan est une membrane, tendue comme un tambour, située à l’extrémité du conduit, il transmet le son à l’oreille moyenne. 

Vous pouvez montrer à vos enfants des images d’instruments possédant un pavillon, comme le tuba, la clarinette, le saxophone ou d’autres instruments à vent pour bien comprendre le phénomène d’amplification. 

Pour la seconde couche, vous pouvez proposer à votre enfant de dessiner la chaîne des osselets, taille réelle, en sachant que l’étrier mesure 3mm de large et 4 mm de haut (la taille d’un grain de riz!), le marteau (8 mm de long) et l’enclume (7mm de haut, 6 mm de large). Il prend bien conscience de ces petits os, les plus petits du corps humain.

En vibrant, le tympan envoie le son à l’oreille moyenne, ces trois os, qui amplifient les vibrations et les transmettent à l’oreille interne. 

C’est dans l’oreille interne que la vibration sonore est transformée en signal électrique pour être envoyée au cerveau, par le nerf auditif. 

Sur une troisième feuille, vous pouvez proposer à votre enfant de représenter l’oreille interne. Celle-ci est remplie de liquide, elle contient la colchée, qui a une forme de coquille d’escargot. Cette dernière est remplie de minuscules cils, qui transforment la vibration sonore en signal électrique.  

Lorsque votre enfant à réalisé ces trois « couches », vous pouvez les agrafer ensemble, avec en première page la photographie de l’oreille. Cela lui fera un petit livre qu’il pourra conserver et regarder quand il le souhaite ! 

Le fonctionnement de l’oreille est complexe, en fonction de l’âge et de l’intérêt de votre enfant, vous pourrez lui expliquer les choses de manière plus approfondie. 

Voici quelques activités à réaliser pour mieux prendre conscience de ce sens : 

  • Travail avec les clochettes Montessori ou à défaut avec un xylophone pour reconnaître des sons aigus ou graves. Ce travail peut déboucher sur une initiation musicale. 
  • Jeu du silence : attention il ne s’agit pas du roi du silence !!! Il s’agit de permettre à l’enfant de prendre conscience des bruits à l’intérieur de lui, à l’extérieur, de sa respiration. L’enfant apprend à aimer le silence et à le rechercher. En décrivant ce jeu, Maria Montessori disait : « Lorsque les enfants arrivent à bien faire « le silence », leur ouïe a acquis une grande finesse de perception des sons. Les bruits retentissants leur sont de plus en plus désagréables une fois qu’ils connaissent le monde du silence et des sons délicats. »
  • Pour travailler sur l’intensité des sons, on peut cacher un métronome et l’enfant doit le retrouver en s’orientant dans la pièce selon le son qu’il entend. 
  • On peut aussi travailler avec les boîtes à sons, qui est un matériel spécifique de vie sensorielle dans la pédagogie Montessori. Il s’agit de 12 petits tubes en bois de taille et de forme identiques. Une série de 6 tubes avec des bouchons rouges et une série de 6 tubes avec des bouchons bleus. Les tubes sont remplis par paire de sel, de farine, de pois cassées, de coquillettes, etc. Les bouchons doivent être fixés avec de la colle pour que l’enfant ne puisse pas les ouvrir. Le but de cette activité est de mettre en pair les sons que l’enfant entend. Il peut aussi ne se servir que d’une série et classer les sons du plus léger ou plus fort.

Sylvie d’Esclaibes

Laisser un commentaire