L’Arbre de Pâques

L’Arbre de Pâques est une ancienne tradition allemande « Osterbaum » pour célébrer l’arrivée du Printemps que l’on retrouve aujourd’hui un peu partout en Europe.

Cette tradition consiste à décorer un arbre avec des oeufs de Pâques.

Certaines plantes d’intérieur s’y prêtent très bien comme le Ficus par exemple. Mais de nombreuses personnes ont pris l’habitude, comme ici, de décorer un bouquet de branches tortueuses dans un grand vase.

A vous d’être créatifs !

Claire Duquenne pour Sylvie d’Esclaibes

2 commentaires

  1. Bonjour.
    De l’arbre à Pâques
    En hébreu, le mot Pâque veut dire passage. La fête du Pesah (de la Pâque) se célébrait à la première pleine lune de printemps. C’était le premier mois lunaire de l’année juive, le temps que la Nature assigne pour les fécondations : d’où la Pâque, fête de l’œuf. Les relations sexuelles étaient réglementées par la religion.
    Chez les premiers chrétiens, la fête de Pâques représentait la résurrection de la Femme, revenue à la vie sociale et remise à son rang. Elle représentait aussi la rénovation du feu (Feu sacré, Esprit), et cela signifiait : « Après les ténèbres la lumière, après la mort la vie. »
    C’était la grande réconciliation avec l’homme, le grand Pardon suivi d’une nouvelle union.
    Pâques représentait donc la fête de la fécondation, qui, dans les temps anciens, n’avait lieu qu’une fois par an pour assurer la reproduction. C’est ce qui est symbolisé par la Pierre cubique, c’est-à-dire le rapprochement des deux triangles qui, unis, font un cube. Ils sont dédoublés toute l’année, c’est-à-dire séparés ; une fois par an seulement, on les réunit dans une grande cérémonie religieuse.
    On a dit du « mystère des nombres » qu’il renferme les moyens d’opération des forces secrètes de la Nature, et que d’abord l’ellipse, la parabole et l’hyperbole trouvent leur synthèse dans l’ovoïde, en forme d’œuf. Tout le monde sait que l’œuf était un symbole sacré dans tous les Mystères de l’antiquité, parce qu’il représente l’action maternelle, donc le commencement de la vie, la virtualité, l’existence potentielle, le commencement de toute échelle numérique.
    Enfin, dans les Mystères de Jérusalem, on enseigne un chapitre de la science secrète, celui qui se rapporte à la Genèse primitive.
    On montre le Soleil générant l’Arbre de vie qui évolue vers le genre humain, lequel se reproduira, plus tard, par génération sexuelle.
    La génération s’explique par un symbole : la quadrature du cercle. Les deux sexes sont représentés par deux triangles, qui unis forment un cube ; c’est en réunissant les deux sexes (les deux triangles) qu’on réalise la quadrature du cercle, figure qui représente la génération sexuée.
    Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/livres-de-femmes-livres-de-verites.html
    Cordialement.

Laisser un commentaire