Attention à nos libertés !

Une loi nous privant d’une liberté fondamentale

Une loi interdisant l’instruction en famille sauf dans des cas bien précis et pas clairement définis a été votée « en douce » durant l’été dernier. Cette interdiction est très grave dans la mesure où elle nous prive d’une liberté fondamentale, celle de pouvoir choisir le type d’éducation que les parents souhaitent offrir à leurs enfants.

En effe, pour les parents il ne reste plus que le choix des écoles publiques ou privées sous contrat ou une école hors contrat comme les nôtres. Sachant que ces écoles ne bénéficiant d’aucune aide financière de l’Etat bien au contraire puisqu’on a des taxes supplémentaires, ont un coût que certaines familles ne peuvent pas assumer.

Cela signifie donc qu’avec cette nouvelle loi, aucun choix n’est réellement possible que celui de l’éducation traditionnelle sous la tutelle de l’Education Nationale. D’autant que l’on sait aujourd’hui tous les problèmes qui existent dans notre système avec une baisse considérable des niveaux scolaires (voir les tests Pisa), une certaine violence, du harcèlement scolaire, des classes surchargées, un manque d’enseignants, etc…

De plus, est-ce qu’on a tous envie que nos enfants soient élevés comme « des moutons », tous dans le même moule puisqu’on sait très bien que cette éducation est une éducation de masse. Alors que plus tard, on va leur demander d’être à l’opposé : créateurs, indépendants, autonomes, différents, inventifs, obstinés dans la durée, etc… toutes ces valeurs qui ne sont absolument pas celles que l’Education Nationale a pour objectifs.

D’ailleurs les créateurs des grandes entreprises américaines sont tous passés par des éducations alternatives ou par l’instruction en famille et ils sont tous unanimes pour dire que c’est ce qui leur a permis d’être aussi inventifs et obstinés.

Aujourd’hui, nous pouvons tous être confrontés par le besoin de garder nos enfants à la maison pour des raisons diverses : dépression, harcèlement, phobie, passion à mener à son terme, etc… Et bien les enfants vivant cela, auront comme obligation de rester dans le même environnement et de souffrir quitte à ne jamais s’en remettre.

Cette loi est honteuse !

Le gouvernement répondra qu’il y a toujours la possibilité de créer une école hors contrat et c’est ce que Monsieur Blanquer a répondu. Or c’est FAUX ! Une nouvelle loi a également été votée stipulant que pour créer une école hors contrat il fallait avoir passé un minimum de 5 ans en tant qu’enseignant, surveillant ou dirigeant dans le système traditionnel. Donc encore une fois, on nous impose ce système public qui n’est plus du tout adapté aux enfants d’aujourd’hui !

L’épisode de notre podcast

Dans l’épisode de notre podcast « les adultes de demain » publié hier, nous avons interviewé Anne Coffinier, créatrice et Présidente de l’association « Créer son école » qui a énormément oeuvré avec des juristes de très haut niveau pour que cette nouvelle loi ne soit pas adoptée. Mais elle a échoué en partie et c’est dramatique pour les petits français.

Pourquoi un parent n’aurait-il pas le droit de proposer une autre pédagogie à son ou à ses enfants ? Plus proche de la nature, une pédagogie alternative qui a fait ses preuves comme Montessori, Freinet, ou autres, une pédagogie où on permette à l’enfant d’aller au bout de ses passions ? Comment le Gouvernement peut-il considérer que les parents n’ont plus le droit de faire ces choix différents et qu’on va faire le choix pour eux ?

Lorsque j’ai créé ma première école il y a plus de 30 ans, c’est bien parce que je voulais offrir à mes enfants une toute autre pédagogie que celle proposée par les écoles publiques ou privées sous contrat. Je souhaitais qu’on respecte leur personnalité, qu’on les laisse être qui ils étaient vraiment, qu’on leur permette d’apprendre dès que possible et à leur rythme, qu’on développe leurs sens et leurs mains à un âge où cela est primordial, qu’on leur propose d’apprendre une 2ème langue à un moment où ils sont de véritables éponges, qu’ils soient auprès d’adultes très bienveillants sans punition, sans humiliation, qu’on leur permette de s’épanouir en développant leur autonomie et leur confiance en soi, etc.

Et si je devenais une jeune maman aujourd’hui, cette possibilité me serait interdite ?!

J’avoue en être révoltée et très fâchée. Et tout cela pour des raisons totalement fallacieuses comme lutter contre le séparatisme islamique. Quel est le rapport ?

Anne Coffinier vous explique parfaitement tout cela avec d’autres arguments encore et d’autres faits graves, et notamment les conséquences que cela va avoir sur un état qui se dit démocratique. Ecoutez cet épisode en allant sur n’importe quelle plateforme de podcasts en tapant « les adultes de demain ».

Partagez autour de vous

Si vous êtes sensibles au maintien de la démocratie et de nos libertés, merci d’écouter cet épisode et de le partager le plus possible autour de vous.

Merci

Sylvie d’Esclaibes

Qu'en pensez-vous de cet article sur mon blog Montessori ?