La pédagogie Pikler

Dans le nouvel épisode de notre podcast « les adultes de demain« , je vous explique la pédagogie Pikler.

En effet, je pense que nous avons beaucoup à apprendre sur le regard extrêmement confiant qu’elle a porté sur l’enfant.

Emmi Pikler était une pédiatre et psychopédagogue à qui le gouvernement Hongrois demanda de créer un orphelinat en 1946 : l’Institut Loczy.

Elle fut la directrice de cet institut pendant 33 ans et y mit en place des conditions d’accueil très innovantes pour l’époque. En effet, forte de ses observations elle était persuadée que les petits étaient dotés de capacités innés et qu’il fallait absolument avoir une totale confiance en leurs capacités.

Sa pédagogie se basait sur plusieurs piliers :

  • La nécessité de laisser le bébé en motricité libre afin de développer leur autonomie
  • L’importance d’une personne référente pendant tous les moments de soins de l’enfant : toilettes, habillages, repas, coucher et que cette personne développe une communication avec le jeune enfant lui expliquant tout ce qu’elle faisait afin de mettre en place une sécurité affective
  • Le besoin de régularité dans le déroulement des journées afin que l’enfant puisse avoir des repères dans le temps et dans l’espace dès le plus jeune âge
  • L’observation fine des enfants et un travail d’équipe de toutes les personnes en lien avec l’enfant.

Cette pédagogie a vu la création d’un important matériel de motricité afin justement de développer la motricité de l’enfant d’une manière autonome comme le tunnel de Pikler, l’estrade, le triangle, l’arche, etc… Tout ce matériel est d’ailleurs mis en place dans le réseau de crèches dont je suis associée et directrice pédagogique : Montessori Néokids.

Les principes d’Emmi Pikler sont, à ce jour, très développés à travers le Monde et notamment en Autriche, Allemagne et Suisse.

Si vous aimez cet épisode, merci de le partager autour de vous. C’est pour nous d’une grande aide. Et si vous pouvez également nous noter 5 étoiles sur Apple Podcasts avec un gentil commentaire ce serait formidable.

Sylvie d’Esclaibes

Laisser un commentaire