Vivre en Grèce au temps de l’Antiquité (chapitre IV)

1. Athènes, l’exemple d’une cité-Etat

Les cités-Etats correspondent à la période classique de l’antiquité Grecque. Elles avaient chacune leurs propres lois, leurs monnaies et leurs armées. Mais elles avaient en commun la langue, la culture et la religion. Elles étaient souvent exposées face à la mer.

La plus puissante de toutes était Athènes. Elle était constituée d’une grande ville ainsi que des villages et des terres agricoles environnantes. Au milieu de la vile, il y avait la colline de l’Acropole avec ses temples magnifiques.

La cité était entourée de remparts, pour être mieux défendue. De la porte principale, partait une longue route : la voie panathénaïque, qui menait à l’Acropole.

Nous avons déjà parlé des dieux et de la démocratie, le régime politique à Athènes.

Vous pouvez ici proposer à votre enfant de découvrir la drachme d’Athènes, avec le symbole de la chouette, en le questionnant sur ce que cela évoque pour lui. Puis découvrir ensemble d’autres drachmes d’autres cités-Etats pour les comparer.

Vous pouvez aussi expliquer à votre enfant le rôle de l’armée : les cités-Etats s’affrontaient ou unissaient leurs forces pour combattre les envahisseurs, sur terre comme sur la mer.

Tous les hommes devaient protéger leur ville et se battre. Ils avaient la charge d’acheter leur propre équipement. Ceux qui pouvaient acheter un boucier étaient les hoplites. Ils se battaeint en phalange pour former un mur. Il y avait aussi des archers, des frondeurs. D’autres n’avaient que des massues.

Sur mer, les grecs allaient au combat à bord de leurs trières, des longs navires à rames rapides et faciles à manoeuvrer, qui pouvaient contenir 200 hommes.

Si votre enfant montre de l’intérêt pour cette étude, n’hésitez pas à l’approfondir, en travaillant de près l’équipement des soldats, le fonctionnement des bateaux, vous pouvez ensemble parler de la bataille des Thermopyles ou en core de celle de Salamine.

Peu à peu, les grecs ont créé des colonies, essaiment des cités-Etats sur tout le pourtour du bassin méditerranéen et même au-delà, répandant ainsi leur culture, leurs croyances, leurs coutumes et leurs savoirs.

Vous pouvez encore ici présenter à votre enfant une carte du bassin méditerranéen et, pour montrer l’étendue des colonies, les faire figurer à l’aide par exemple des petites maisons appartenant à un jeu de Monopoly. Votre enfant prendra ainsi bien conscience de l’ampleur de ces colonies et pourra plus tard en comprendre les répercussions lorsque vous étudierez d’autres civilisations.

2. Les différents métiers en Grèce antique

Au coeur de la cité, il y a la place du marché, l’Agora. C’est là que les grecs venaient vendre et acheter leur marchandise.

Les citoyens grecs les plus riches vivent de leur rente, des revenus de leur terre ou de leurs ateliers. Ils ont alors le loisir d’occuper leur temps à la philosophie, la politique ou encore les mathématiques.

Les autres citoyens, mais aussi les métèques (ses ont les étrangers) doivent travailler. Ce sont en général les hommes qui travaillent. Les femmes, elles, restent à la maison, s’occupent des enfants.

Il y a une grande diversité de métiers, nécessaires à la vie de la cité (agriculteurs, bouchers, boulangers, éleveurs, aubergiste, banquier, barbier, bucheron, comédien, commerçant, danseur, devin, forgeron, maçon, médecin, menuisier, orfèvre, potier, pêcheur, sculpteur, professeur, teinturier, tanneur, vigneron, etc.

Pour parler des différents métiers, vous pouvez proposer à votre enfant des jeux de rôle. Vous pouvez préparer des cartes métiers (avec des métiers connus mais aussi moins connus de votre enfant), qui comporteraient une illustration et une petite phrase présentant le métier.

A tour de rôle, vous et votre enfant piochez une carte, mimez le métier et l’autre doit tenter de deviner.

Votre enfant pourra ainsi s’approprier de manière ludique différents métiers et mieux se représenter le travail des grecs.

Dans la Grèce antique, il y a aussi des esclaves. Ils sont vendus aux plus riches citoyens pour les servir. En général, ce sont des étrangers, des prises de guerre ou des personnes victimes et piraterie ou de brigandage. Ils n’exercent pas de métier à proprement parler, ils sont au service du maître.

3 les jeux olympiques, une véritable institution

Il y a un métier dont on n’a pas parlé, c’est celui d’Athlète.

Les grecs aimaient beaucoup les compétitions sportives et ils en organisaient très régulièrement. Mais la plus grande avait lieu à Olympie tous les quatre ans. C’étaient les jeux olympiques.

Vous pourrez lire avec votre enfants de nombreux livres sur les jeux olympiques. Nous n’allons pas ici donner trop d’explications.

Mais ce qui est super ensuite, c’est comme toujours, la pratique ! Et si nous organisions nous aussi des jeux olympiques, à la mode grecque ?

Beau programme pour un début de vacances scolaires !

Voici quelques pistes qui pourront bien sûr être complétées…

– transformation du jardin en Olympie, avec un lieu où l’on pourra planter une tente pour le campement, la matérialisation du gymnase et de la palestre pour l’entraînement des athlètes, matérialisation du stade où se dérouleront les épreuves et des gradins où s’installeront les spectateurs

– fabrication du disque de bronze, installé à Olympie, qui symbolisait la « trève olympique », période de paix d’un mois établie dans toute la Grèce avant les jeux

– choix des épreuves (course, saut lancers, luttes…)

– préparation du programme des épreuves (normalement sur 5 jours mais on peut se sentir très libre et le faire sur un après-midi, l’important est ce que les enfants en retiendront :-))

– confection des couronnes en feuilles d’olivier pour récompenser les vainqueurs

– préparation d’un grand festin pour tous pour célébrer les victoires, avec des spécialités grecques (pain, olives, fromages, fruits secs et frais, œufs, miel, crustacés, viandes, etc). Vous pouvez choisir de préparer un plat typique comme les teganites, ces crêpes à base de lait caillé, d’huile d’olive et de farine de blé, servies avec du fromage râpé ou du miel…

– et bien sûr, allumage d’un feu (normalement à l’aide d’un miroir concave) pour la flamme olympique, qui brillera tout au long des jeux

Même si cela semble très ludique, votre enfant apprendra beaucoup de choses à travers ce jeu. Sa préparation nécessitera de nombreuses lectures, il s’investira sans doute pleinement dans sa réalisation, ce qui marquera sa mémoire, et ce souvenir sera en plus associé à quelque chose de positif.

4. être un enfant en Grèce

Pour finir cette étude de la Grèce antique, on peut se pencher sur la vie des enfants. Cette étude est toujours passionnante pour les enfants, et permet aussi de se rendre compte que tous n’avaient pas la même chance selon leur rang et leur sexe. Dans le livre « la vie des enfants en Grèce ancienne », aux éditions du Sorbier, votre enfant pourra suivre les aventure de Ioxos, enfant trouvé, de Eudoxia, petite esclave, Clio, fille de pêcheur, Codros, fils de potier ou encore Hector, jeune chasseur.

Ce livre, très bien écrit, nous plonge dans l’histoire de chaque enfant et nous permet de voir la réalité de l’enfance à cette période de l’Histoire.

Vous pouvez ensuite partir à la découverte des jeux des enfants en Grèce antique.

Les jeux favoris étaient des jeux d’adresse, de compétition et d’intelligence. Platon disait : « par l’usage des jeux, l’on s’efforcera de tourner les goûts et les désirs des enfants vers le but qu’ils doivent avoir atteint à l’âge adulte. »

Les enfants grecs jouaient aussi à la toupie, à la poupée. Les bébés avaient des hochets.

Vous pouvez très facilement fabriquer un jeu d’adresse pratiqué en Grèce antique avec votre enfant.

Ramassez des bâtons de taille moyenne.

Regroupez-les.

Disposez un seau à quelques mètres. Tour à tour, les enfants doivent essayer de lancer les bâtons dans le seau.

Sylvie d’Esclaibes

Qu'en pensez-vous de cet article sur mon blog Montessori ?