L’enfant à haut potentiel devient adulte

Aujourd’hui, pour l’épisode de notre podcast « les adultes de demain », nous avons interviewé Angélique.

Angélique, c’est ma « petite » dernière : Lorsqu’elle était toute petite, j’avais été impressionnée par son besoin de tout faire par elle-même. Je me souviens, par exemple, d’un moment, où elle était vraiment très très jeune et où elle voulait absolument réussir à boutonner toute seule ses vêtements. Elle pouvait passer un temps infini jusqu’à ce qu’elle réussisse. Et elle réussissait…

Angélique était aussi d’une immense curiosité : elle nous posait des centaines de questions par jour sur tous les sujets. On pensait qu’elle n’écoutait parfois pas les réponses, et en fait elle retenait tout. Lorsque sa soeur, Stéphanie, apprenait ses conjugaisons, par exemple, Angélique mémorisait tout alors qu’elle n’avait que 3/4 ans. Elle a appris également à lire à 3 ans 1/2 avec une rare facilité.

Elle a toujours refusé d’aller dans la section pour les tout petits (2/3 ans) que j’avais créée au sein de notre école Montessori de Bailly. Et dès qu’elle a intégré la section 3/6 ans avec sa soeur, Stéphanie, tout allait bien. Elle a toujours fait preuve aussi d’une grande détermination sachant très jeune ce qui était bon pour elle.

Parallèlement à tout ce potentiel, elle était d’une grande sensibilité qui pouvait la faire énormément souffrir. J’étais également impressionnée par ses capacités sensorielles, elle reconnaissait très bien les odeurs, les sentant même alors que nous ne sentions rien du tout.

Une psychologue spécialisée dans les enfants à haut potentiel, me proposait alors de lui faire passer des tests de QI alors qu’elle était encore très jeune. Et ces tests firent apparaître un QI très élevé…

Elle suivit donc toute sa scolarité de la maternelle au baccalauréat dans notre Lycée International Montessori avec deux ans d’avance (je refusais qu’elle ait davantage d’années d’avance malgré les propositions des enseignants), elle décida de partir ensuite étudier en Angleterre et fit toute seule toutes les démarches d’inscription, de logement, etc… car j’avoue que je ne voyais pas d’un bon oeil de la voir partir loin si jeune. Après ses trois années d’études à l’Université de Warwick, elle prit ensuite la décision de revenir en France pour étudier dans une grande école de commerce, puis créa sa première société très jeune aussi.

Elle a aujourd’hui 26 ans et elle est maintenant à la tête de sa seconde entreprise : Epycure qui est une société de vente en ligne, en cure personnalisée, de compléments alimentaires totalement made in France, vegan, sans gluten, etc… et elle a aussi son podcast « le club bonheur » où elle reçoit des personnes passionnantes pour le bien être de tous.

Cet épisode est donc un entretien entre Angélique et moi (donc mère-fille). Elle nous explique la vie d’un enfant précoce, (à haut potentiel, zèbre), avec ses points forts et ses points faibles, ainsi que sa vie aujourd’hui en tant qu’adulte à haut potentiel.

Ce moment partagé avec ma fille a été très riche et revivre ce parcours de sa vie, m’a beaucoup émue. Etre la maman d’Angélique et vivre auprès d’elle depuis 27 ans, est pour moi une immense chance et c’est un bonheur permanent. Depuis des années, elle m’apprend tant de choses et m’ouvre vers de nouveaux horizons car elle continue toujours à être aussi curieuse, autonome et donc à apprendre des milliers de choses qu’elle partage avec moi.

Je suis ravie de partager cet épisode avec vous. En effet, pour tous ceux qui ont des enfants précoces ou qui s’occupent d’enfants à haut potentiel, je pense que cet épisode peut beaucoup leur apporter.

Si vous aimez cet épisode, n’oubliez pas de le partager autour de vous et si vous souhaitez nous soutenir, merci de nous noter 5 étoiles sur Apple Podcasts avec un gentil commentaire. C’est en effet notre seul moyen d’être plus visibles et donc plus écoutés.

Merci et très bonne écoute sur « les adultes de demain« , vous nous trouvez sur toutes les plateformes de Podcasts en tapant juste : les adultes de demain.

Sylvie d’Esclaibes

Laisser un commentaire