Ma passion

Ma passion pour l’éducation : le fruit d’une longue histoire

Malgré un profond rejet des méthodes scolaires traditionnelles, j’ai étudié jusqu’au baccalauréat série D (physique, maths, SVT) dans les écoles publiques de Versailles.

Au travail dès l’âge de 18 ans, j’ai appris la dactylo, la sténo. Un important promoteur immobilier, la société Breguet, m’a ensuite embauchée. Je me suis beaucoup enthousiasmée pour toutes les facettes de ce métier au point de bénéficier d’un avancement très rapide dans la hiérarchie. A 27 ans, j’étais une jeune directrice commerciale nationale avec d’importantes responsabilités et de nombreuses personnes sous mes ordres.

La naissance

j ai créé cette école montessori pour mes deux aines

La naissance de Stanislas a complètement changé ma vie.

Vinrent ensuite Noémie et Alexandre.

J’ai dévoré tous les livres de psychologie de l’enfant puis tout ce qui traitait des pédagogies. C’est ainsi que j’ai découvert les livres de Maria Montessori.

J’ai adhéré totalement aux principes qu’elle y développe : le respect du rythme et de la personnalité de chaque enfant, le fait que très jeune on réponde à ses besoins d’apprendre, le matériel pédagogique qui est génial, le fait que l’adulte est un guide observateur de l’enfant, le rôle modèle de l’adulte et sa bienveillance, l’autonomie, la confiance en soi et en l’adulte, la préparation par l’adulte d’un environnement sécurisé et bienveillant pour le bien-être de l’enfant favorable au développement optimal de ses capacités. 

La recherche d’une école Montessori

J’ai donc cherché une école Montessori et j’en ai trouvé une à Saint-Nom-la-Bretèche où j’ai inscrit mon fils aîné Stanislas. Je me suis beaucoup investie dans cette école associative. Devenue amie avec la directrice, celle-ci m’en a proposé la direction quelque temps plus tard.

Une épreuve douloureuse

C’est alors qu’une épreuve douloureuse est survenue dans notre vie : ma fille Noémie est tombée gravement malade. Le diagnostic fut long à établir : une leucémie !

Nous avons vécu avec angoisse la maladie de Noémie pendant 5 années douloureuses au cours desquelles je me suis énormément investie dans l’espoir d’une guérison. Au cours de ces années, nous avons eu le bonheur d’accueillir Stéphanie et Angélique qui sont venues agrandir notre famille.

j ai créé l ecole montessori athena pour que mes enfants suivent une scolarité heureuse aupres d adultes bienveillants dans le respect de la pedagogie montessori

Pour Noémie qui a subi 3 années de chimiothérapie, cette petite école était un havre de paix et de sécurité. De même pour ses frères qui vivaient avec nous cette épreuve douloureuse.

Voilà l’origine de l’école que j’ai créée. Juste une « maman » qui vit une épreuve très difficile et qui décide de fonder une école pour permettre à ses enfants, marqués eux aussi par cette épreuve, de la traverser le mieux possible.

La lecture des livres de Maria Montessori ne me suffisant plus, j’ai décidé de suivre une formation Montessori pour les enfants de 0 à 6 ans après du centre St Nicholas. J’ai ensuite eu la chance d’être formée pour les enfants de 6 à 12 ans, à plusieurs reprises, en présentiel et à titre personnel, par Gudrun Pibrovec qui était alors la Présidente de l’Association Montessori d’Amérique du Nord.

L’ouverture de deux classes de maternelle bilingues

En 1991, j’ai ouvert deux classes de maternelle bilingues à Noisy-le-Roi : une en français le matin (anglais l’après-midi) et une en anglais le matin (français l’après-midi).

des eleves de la classe de primaire de l ecole montessori athena dont je suis educatrice montessori

Noémie, pendant ce temps, continuait son lourd traitement. Mes enfants grandissaient et s’épanouissaient, toujours heureux d’aller à l’école. Stanislas finissait le cycle maternelle, je me suis alors posée la question : dois-je poursuivre en ouvrant une classe de primaire ? Sans hésitation, je me suis dit que je devais continuer.

Entre temps, Noémie a terminé sa chimiothérapie. Mais pour savoir si elle était en rémission, il fallait attendre ses 7 ans. Lorsque ce jour vint, ce fut une grande fête pour nous, un grand bonheur, et c’est alors que je me suis fixée comme mission de vie de toujours aider les enfants. Je voulais leur donner tout ce que je pouvais pour qu’ils passent une scolarité heureuse et épanouissante.  La joie de vivre, la confiance en eux-mêmes et en l’adulte me paraissent essentielles pour qu’ils traversent les épreuves de la vie et deviennent des êtres de valeurs, capables d’aider à leur tour.

Méthodes pédagogiques

J’ai toujours réfléchi aux méthodes pédagogiques en me plaçant en tant que mère : est-ce que j’accepterai ceci pour mon enfant ? est-ce que j’aimerais qu’on lui parle ainsi ? qu’on lui fasse ceci ? qu’on lui impose cela ?

Une autre base de cette école a donc été de toujours me mettre à la place de l’enfant : par exemple, mon principe de les laisser aller aux toilettes quand ils le désirent est basé sur la question : est-ce que nous, adultes, accepterions qu’il soit décidé par quelqu’un à quelle heure nous devons aller aux toilettes ? Est-ce que nous aimerions aller aux toilettes au même moment que tous nos collègues ? Je pense que nous répondrons tous : non ! Et pourtant la majorité l’impose aux élèves.

Voici un autre principe que j’ai toujours eu en tête en faisant cette école : de quoi auront-ils besoin lorsqu’ils seront adultes ? C’est une des raisons pour lesquelles j’ai souhaité qu’ils reçoivent un enseignement poussé de l’anglais et  de l’espagnol.

Lors d’une conférence très intéressante sur la méthode Gordon , « comment parler aux enfants pour qu’ils écoutent… et écouter pour que nos enfants parlent », la psychologue avait expliqué un principe de base : si les punitions produisaient des résultats, une seule suffirait… Dans le monde de l’entreprise, ce n’est pas parce qu’on a peur de la punition que l’on fait bien son travail mais plutôt parce qu’on a à cœur de bien le faire. Donc est-ce qu’on apprend quelque chose d’intéressant aux jeunes avec les punitions ? Non !

Pas de punitions, pas de récompenses !

Maria Montessori

Collège Montessori

Stanislas et Noémie sont alors arrivés en fin de primaire. Que faire ? J’avais l’idée d’inscrire Stanislas dans un Lycée International puisqu’il parlait couramment l’anglais. Lorsque j’ai vu la taille impressionnante de cet établissement et l’anonymat qui en résultait, je me suis dit que j’allais ouvrir dans mon école un collège Montessori.

Le problème qui se posait est qu’il n’y a ni collège, ni lycée Montessori en France. Je me suis donc encore fait aider par la Présidente de l’Association Montessori d’Amérique du Nord qui m’a donné de précieux conseils et m’a surtout beaucoup encouragée. Et pendant toutes ces années, nous avons permis à un grand nombre d’enfants de retrouver la joie d’aller à l’école puis découvrir le chemin pour réussir leur vie !

Pour établir certains principes, j’ai continué à lire tout ce que je trouvais sur les pédagogies différentes en France et dans les autres pays. J’ai fait des formations diverses et variées : le feng shui, l’astropsychanalise, le management, la communication positive…

Lycée Montessori

les eleves de l ecole montessori athena de bailly suivent toute leur scolarite dans notre etablissement

Afin d’accompagner Stanislas, Noémie et leurs camarades dans la poursuite de leur scolarité, j’ai créé pour eux le lycée Montessori basé sur les mêmes principes.

Méthodes en perpétuelle évolution

« Aucune méthode ne doit être figée mais doit être en perpetuelle évolution. »

Maria Montessori

Pleinement consciente de cette nécessité, j’ai eu de longs entretiens avec des psychologues, continué mes réflexions, mon observation des élèves, des bonnes choses comme des mauvaises, tentant en permanence d’ajuster mes principes au mieux pour chacun.

Ceci m’a conduite à accueillir dans mon école des enfants différents (dyslexiques, grands précoces, etc.) et à gérer tous ces élèves au cas par cas selon leurs spécificités. Mon seul but était de leur permettre de réussir leur vie, d’avoir confiance, envie d’aller de l’avant, et de les soutenir envers et contre tout pour qu’ils réussissent.

Je voulais créer un établissement où on ne casse pas les enfants, où on ne leur demande pas de rentrer dans un moule, où on ne change pas leurs personnalités. Un établissement où on les prend comme ils sont, les sensibles restent sensibles avec un peu plus de force pour résister, les rebelles restent des rebelles mais apprennent à gérer leur agressivité.

Les surdoués peuvent avoir 1, 2 voire 3 ans d’avance tout en gardant leur faible maturité, les dyslexiques ne sont pas découragés mais compris, encouragés, on croit qu’ils peuvent réussir… et ils réussissent !  Les élèves en phobie scolaire, grâce aux emplois du temps et à la charge de travail aménagés, reprennent goût à l’école et peu à peu retravaillent et finissent par réussir. Je pense également à ceux, très nombreux, que les autres établissements excluent ou dirigent vers des voies où leurs rêves ne sont plus réalisables.

Une école différente

J’ai donc imaginé petit à petit la pédagogie avec le désir de créer une école différente du système traditionnel français. J’ai ensuite basé son développement sur les principes de Maria Montessori avec une adaptation à la vie d’aujourd’hui, mais aussi sur la lecture de très nombreux ouvrages ayant trait à toutes les pédagogies actuelles et, comme Maria Montessori, sur l’observation des enfants.

Il y aura toujours des adaptations à faire, des recherches à effectuer, des nouveautés à imaginer (les programmes humanitaires, une section plus professionnelle, des échanges avec des écoles d’autres pays…), des adaptations à trouver dans notre éducation par rapport à l’évolution de la société tout en restant particulièrement attentifs aux problèmes auxquels les enfants et les jeunes sont confrontés.

C’est d’ailleurs ce qui est passionnant : rien n’est définitif, sauf les valeurs et les objectifs. Il faut sans cesse que nous, adultes, laissions de côté nos certitudes pour nous remettre en question et nous améliorer. Nous devons en effet rester toujours un exemple pour ces jeunes.

Un ancien élève et sa fille

Cette œuvre, je la poursuis au sein de mes écoles Montessori Athéna. Quel que soit leur âge, le contact presque quotidien avec les élèves continue à me procurer beaucoup de joies et de satisfactions comme au premier jour de cette longue aventure. Je me réjouis d’accueillir désormais mes petits enfants ainsi que les enfants d’anciens élèves convaincus que la pédagogie de nos écoles est définitivement la meilleure pour leur avenir.

Le fait de scolariser mes petits enfants au sein de mon école Montessori représente un extraordinaire aboutissement pour toute cette aventure et pour moi un bonheur quotidien.

45 commentaires sur “Ma passion

  1. Bonjour,
    Merci pour votre blog c’est tout simplement incroyable…
    Nous vivons à Singapour avec nos petites jumelles de 5 ans.
    Nous aimerions en plus de leur cours en école locale les aider à apprendre à lire et a compter en suivant la méthode Montessori.
    Est-ce que vous pourriez nous conseiller du matériel (livres..) ?

    Un grand merci,

    Ahmed

    1. Bonjour, Merci pour votre message. L’idéal serait que vous leur commandiez « les Petits Montessori ». Il y en a plusieurs pour l’apprentissage de la lecture et les enfants les aiment beaucoup. Je ne sais pas si vous avez « Amazon » à Singapour ? A bientôt,

  2. Bravo Madame Sylvie,
    Quel témoignage!!! C’est très encourageant!
    Beaucoup de larmes car j’avais mon deuxième enfant de 3 mois qui avait été hospitalisé et comme vous l’avez écrit, beaucoup d’ enfants malades et Je n’oublierai jamais cette maman qui a dit, je repars sans mon enfant!
    Après avoir mis mes enfants dans une école chrétienne qui respectait le rythme de l’enfant, je me suis intéressée à l’enseignement qui respecte le rythme de l’enfant.
    La dernière école utilisait les livres de la Librairie des écoles.
    Je souhaite devenir éducatrice dans cette pédagogie.
    J’ai vu votre école dans l’Oise et souhaite y mettre mes enfants et faire la formation pour un jour créer une école.
    Merci beaucoup pour vos partages. Très bonne continuation.

  3. Bonjour Sylvie,

    Tout d’abord bravo pour votre travail et merci de le partager.

    Ensuite, je suis à la recherche d’outils/stratégies pour aider mes élèves à la lecture en anglais pour des lycéens au niveau très fragile. Auriez-vous des références/ouvrages à me conseiller s’il vous plait ?

    Merci infiniment

  4. Bravo !
    Jolis mots……que de jolis mots d’amour.
    Vous méritez un bonheur avec vos enfants de cette école.
    J’ai lu 3 fois votre histoire et je les relirai certainement encore un jour !
    Cette éducation scolaire est celle pour nos enfants. Nos enfants ont besoin d’amour pour apprendre, découvrir…..
    Merci beaucoup Sylvie 😊
    Christelle

  5. Bonjour,
    Je me permets de revenir vers vous afin de pouvoir trouver des guides pour avancer dans mon projet d’insertion de pédagogie Motessori au sein de l’ensemble scolaire où j’enseigne. Pourriez-vous me consacrer du temps pour en parler? J’en serais ravie. Par avance merci. Véronique.

  6. Bonjour Sylvie,

    J’ai appris votre engagement auprès d’une éducatrice Montessori qui oeuvre dans une école Montessori à Lambesc (Laetitia). J’y ai fait 2 demi journées d’observation afin de savoir si cela était le bon chemin pour moi….
    Je suis conseillère d’orientation-psychologue dans l’éducation nationale et j’y souffre beaucoup. Le système scolaire « ordinaire » est très délétère et je ne m’y suis jamais sentie bien… Ce n’est ni le lieu ni l’endroit pour vous raconter mon parcours, mais j’aimerais tellement avoir cette opportunité prochainement.
    En fait, je souhaite me reconvertir professionnellement depuis de nombreuses années pour m’engager dans une voie d’aide aux autres dans laquelle je me sentirai à ma place en contribuant au développement harmonieux et HUMAIN de l’Homme. Dans le milieu dans lequel j’évolue, j’ai bien plus la sensation de « bricoler » que de réellement participer à la construction de l’individu. Plus je réfléchis et plus je me dis qu’il faut remonter à la source si l’on veut participer à cet épanouissement de l’individu. Et la source ce sont nos enfants….
    Mon objectif idéal serait de créer une école basée sur les principes de Maria Montessori. Pour cela, je ne sais par où commencer. J’ai vu que vous organisiez des stages durant ces prochaines vacances scolaires, cela pourrait être un bon début. Mais est-ce suffisant ? Par ailleurs, travaillant à mi-temps, mes revenus et mon temps de disponibilité ne me permettent pas actuellement de m’investir de manière plus conséquente.
    En bref, je me pose de nombreuses questions pour lesquelles votre éclairage serait un grand privilège et une grande aide !
    Dans cet espoir, je vous adresse ma plus sincère admiration.
    Bien à vous
    catherine Vigouroux

  7. Sylvie,
    J’ai eu la chance de vous rencontrer vous et votre fils Alexandre aujourd’hui à Thionville et j’en suis tellement heureuse!!!Nous avons pu échanger sur la pédagogie Montessori et cela me conforte encore plus dans l’idée d’instaurer du Montessori dans ma classe de l’enseignement publique. Cet échange avec vous m’a tellement apporté!Vous êtes une personne qui me laisse admirative pour tout ce que vous avez fait pour vos enfants, pour le travail que vous faites avec passion, vous avez été sur tous les fronts depuis la naissance de vos enfants et je vous en félicite. Je continue de lire votre livre sur lequel j’ai un joli autographe 😉 avec engouement. Je souhaiterais prochainement intégrer une formation Montessori que vous proposerez sur Thionville.
    Alors au plaisir de vous revoir très vite pour d’autres échanges fructueux…
    Cordialement

    1. Bonjour, Merci beaucoup pour ce très gentil mail. J’ai aussi été ravie de vous rencontrer et vous serez la bienvenue en formation à Thionville. Comme je vous l’ai dit, tout ce que j’ai fait s’est fait naturellement juste par amour pour mes enfants. A bientôt. Sylvie

  8. Vite!!! Rencontrons nous et échangeons. ..
    Je suis en reconversion professionnelle et m’oriente depuis 3 ans vers les métiers de l’enseignement (maître auxiliaire en collège privé ) … J’ai enfin trouvé un établissement dans lequel je me sent bien et confirmé
    par la même mon choix de devenir professionnel. .. J’aimerais m’orienter vers un développement de projet montessori au sein de cet ensemble ecole/collège/et pour la rentrée 2017 lycée ! ! J ai trop besoin de vos lumières pour éclairer ce projet qui me tiens à coeur et je ne sais par où commencer … Si vous me permettez, je vous appellerai … Si vous pouviez me donner vos disponibilités je serais ravie de pouvoir entrer en contact avec vous …
    D’avance merci. Véronique.

  9. Bonjour,

    J’ai été très émue lors de cette lecture.
    Je suis également admirative, vous êtes parvenue à faire ce que je souhaiterais faire et cela me motive.

    Mon fils à 2 ans et demi, et je ne souhaite pas qu’il aille à l’école. Malheureusement l’enseignement Montessori reste très cher, ce que je ne comprends pas d’ailleurs, et je ne peux donc le lui offrir.

    Je suis moi même professeur des écoles qui aimerais suivre une formation Montessori mais qui n’en a pas les moyens, j’ai tout de même lu un maximum de livres de cette dernière plus des sites, des blogs et d’autres livres de pédagogie, de psychologie, sur la bienveillance…
    Comment passer le cap? Comment pourrais-je monter une école si je n’ai pas de budget?

    Par avance merci,
    Bien cordialement,

    LJ

  10. Un seul mot: waouw!
    Je salue la flamme qui en vous brûle et permet à tant de personnes, adultes et enfants, de connaître la joie d’apprendre et de transmettre. Elle brûle tout au fond de mon coeur et bientôt Dieu, l’Univers, ma bonne étoile ou que sais-je feront nos routes se croiser! Votre parcours est admirable et de vous lire seulement nous donne du courage pour nous aussi trouver notre mission et foncer! Nahomie M

  11. Votre message m’a énormément touchée. Et j’adhère totalement. Je suis maman de 2 garçons de 16 et 14 ans. Le plus grand est en phobie scolaire depuis sa 4ème qu’il a redoublé car trop d’absence donc pas de notes. Mon fils et moi avons été totalement ABANDONNÉS par le collège, pire, j’étais « menacée » d’être dénonçée à l’Inspection Académique de toutes ses absences !! Mon fils a donc refait une 4ème avec le CNED, puis une 3ème et là il est en Seconde (toujours avec le CNED). Il veut faire ses années Lycée par le Cned car ne se sent pas d’intégrer un Lycée. Plus tard il veut devenir Programmeur en informatique. Il n’est pas facile de le soutenir tous les jours mais je crois en lui, il a le potentiel mais il a perdu confiance dans le système scolaire traditionnel ou les élèves sont moquérants, ou les professeurs sont rabaissants, ou l’apprentissage des matières est ennuyeux (en tout cas pour mon fils). Et malheureusement il n’y a pas de Lycée avec la pédagogie Montessori dans notre petite ville. Je ne sais pas si mon message sera lu. Si oui, je sais que cela ne changera rien pour le cas de mon fils mais si cela peut montrer que malheureusement il y a de plus en plus d’enfants et d’adolescents qui ont un véritable « mal être » face à l’école en générale !!! Quant à mon fils, je vais continuer à l’aider, à le soutenir jusqu’à ce qu’il arrive à atteindre son BUT !!!

  12. Votre message m’a énormément touchée. Et j’adhère totalement. Je suis maman de 2 garçons de 16 et 14 ans. Le plus grand est en phobie scolaire depuis sa 4ème qu’il a redoublé car trop d’absence donc pas de notes. Mon fils et moi avons été totalement ABANDONNÉS par le collège, pire, j’étais « menacée » d’être dénonçée à l’Inspection Académique de toutes ces absences !! Mon fils a donc refait une 4ème avec le CNED, puis une 3ème et là il est en Seconde (toujours avec le CNED). Il veut faire ses années Lycée par le Cned car ne se sent pas d’intégrer un Lycée. Plus tard il veut devenir Programmeur en informatique. Il n’est pas facile de le soutenir tous les jours mais je crois en lui, il a le potentiel mais il a perdu confiance dans le système scolaire traditionnel ou les élèves sont moquérants, ou les professeurs sont rabaissants, ou l’apprentissage des matières est ennuyeux (en tout cas pour mon fils). Et malheureusement il n’y a pas de Lycée avec la pédagogie Montessori dans notre petite ville. Je ne sais pas si mon message sera lu. Si oui, je sais que cela ne changera rien pour le cas de mon fils mais si cela peut montrer que malheureusement il y a de plus en plus d’enfants et d’adolescents qui ont un véritable « mal être » face à l’école en générale !!! Quant à mon fils, je vais continuer à l’aider, à le soutenir jusqu’à ce qu’il arrive à atteindre son BUT !!!

  13. de chantage/violence dans son éducation. J’ai 1 lors découvert Montessori. Ça me convenait parfaitement. Puis la vie, pas toujours facile, m’à pris beaucoup de ma motivation et de min temps. Mon énergie était utilisée à autre chose. Et nous sommes tombés dans l’éducation de base « si tu fais ça tu auras récompense ou punition ». Tellement plus rapide et simple que d’expliquer et accompagner leur réflexion sur leurs actes.
    Aujourd’hui en échec dans l’éducation de mes 2 fils, les autres gros soucis étant passés, je me « réveille  » et me demande pourquoi j’ai dévié,et j’ai ressorti les bouquins montessori, je regarde sur internet comment reprendre les choses en main et « réparer ».
    Si nous pouvions en discuter un peu, vos conseils semblent bien intéressants!
    Mon premier enfan dès 18 mois était qualifié de précoce. Aujourd’hui nous sommes obligés de nous tourner vers psychologue et compagnie car nous ne comprenons plus.
    Depuis que je recommence à appliquer Montessori lors des altercations avec lui, c’est incroyable comme le problème se gère sans cris et tensions.
    Mais pas facile….
    Toutes mes félicitations pour votre parcours en tout cas. Ça laisse rêveur!
    Continuez!!

  14. Madame,
    Je suis assez admirative et fascinée par ce que vous avez entrepris et accompli sur le plan familial, personnel et bien sûr éducatif. Je suis enseignante et maman, consciente de mes grandes imperfections éducatives, je cherche comment m’améliorer pour faire des ma fille et de mes élèves des citoyens bien dans leurs basket et respectueux du monde qui les entoure. Je lis et j’absorbe tout ce que je trouve et j’essaie d’appliquer ce que je peux. Mais je vois bien que je suis vite rattrapée par mes vilaines habitudes liées à mon éducation, mon histoire personnelle et ma propre expérience d’enseignante. Je sais que crier ne sert à rien , menacer et punir aussi de même d’exploser mais ça me rattrape toujours ou du moins souvent.
    Je vais continuer à suivre et à lire ce que vous et les autres éducateurs proposez pour essayer de devenir cet enseignant bienveillant et accompagnant que vous décrivez. Je vous remercie pour votre travail et votre engagement.
    Bonne journée à vous et vos trois enfants.

  15. Bonjour,

    Voici un très beau parcours, un beau témoignage merci!
    Enseignante en langues et lisant beaucoup d’ouvrages sur la pédagogie Montessori, je suis impressionnée par votre parcours. Vous êtes un exemple à suivre! Maria Montessori avait décidément tout compris.
    La seule chose que je regrette vraiment est l’évolution élitiste de la pédagogie Montessori, alors que sa fondatrice l’avait créée dans un quartier pauvre de Rome, et donc censée être accessible à tous.
    Je reste néanmoins dans l’espoir que dans un futur certain, les professeurs titulaires pourront se former à la pédagogie Montessori et à d’autres pédagogies nouvelles – car il y en a d’autres aussi importantes – et les appliqueront au maximum depuis les plus petites classes.

    Bonne continuation à vous, au plaisir de vous lire.

    1. Bonjour, Merci. Je suis d’accord avec vous et c’est la raison pour laquelle je fais mon maximum pour transmettre et aider les professeurs des écoles qui mettent cette merveilleuse pédagogie en place dans leurs classes. À bientôt. Sylvie

  16. Bonjour,
    Merci pour ce témoignage. Je vois dans ce collège-lycée celui dont je rêvais quand j’étais adolescente, que je ne voyais pas le sens de l’éducation que l’on recevait au collège et que je souffrais terriblement chez mes parents de l’agressivité de mon frère malade… A partir de la 5ème, je refaisais l’Education nationale dans ma tête pour qu’elle soit fondée sur le sens et non sur la reproduction immuable d’un modèle enfermé. Je rêvais aussi d’un internat convivial et humaniste.
    Aujourd’hui, les années ont passé, je ne cherche plus d’internat (!) même si je garde la nostalgie de ce que cela aurait pu représenter pour moi, par contre j’ai envie de travailler pour aider les jeunes, à l’âge du collège/lycée, à mûrir, à avoir confiance en eux, à discerner les enjeux, à faire leur choix… à bénéficier de ce dont je n’ai pas bénéficié !
    Ce n’est pas évident car il n’existe pas grand chose au niveau du collège et votre structure est un spécimen rare !
    Bien à vous

  17. Bonjour
    Je suis admirative de votre parcours ! Donnez vous des formations a Bailly? Je désire vous contacter car je suis un peu démunie vis à vis aux enfants sourds.. amicalement

  18. Bonjour, je découvre votre blog et wahou!!!!!!!!!!!!!!!!!Qu’elle merveille!!!!!!!C’est remarquable ce que vous faites et tout ce que vous apportez aux enfants. Vous êtes un peu comme une deuxième Maria?
    J’aurai tellement souhaité être dans une école Montessori, mais malheureusement comme vous j’ai été dans le système scolaire classique et je garde aussi de mauvais souvenirs. J’avais des difficultés et personne pour m’aider.
    Aujourd’hui ça se ressent encore, surtout pour les mathématiques, mais cela ne m’a pas empêché de faire IEF avec mes 4 enfants.
    J’ai suivi la méthode Montessori avec mes enfants, j’ai fabriqué moi-même la plupart du matériel et mes enfants ont gardés un bon souvenir de ses années d’IEF à mon plus grand bonheur, aujourd’hui ils sont scolarisés à l’étranger dans une école privée, et je commence cette année l’IEF avec ma petite dernière.
    J’aurai une question, ma fille à 2 ans 1/2 et j’aurai aimé lui apprendre 2 langues en même temps, comment dois-je procédé? Par exemple pour le langage avec les cartes de nomenclature simple, dois-je lui faire une séance en français, puis un autre jour une séance avec l’autre langue ou bien je lui dis le mot dans les deux langues dans une même séance? Excusez-moi, j’espère que j’ai été compréhensible.

    Merci beaucoup pour votre partage et aussi pour les photos d’activités (vie pratique) cela me donne beaucoup des idées!!!!!

    Cordialement

    Amandine

  19. Super votre parcours et très émouvant …je suis assistante maternelle et depuis quelques année ,je m’intéresse a cette méthode et actuellement je suis une formation a distance « montessori chez soi » …et je trouve vraiment que cette méthode est très adapté aux jeunes enfants qui sont plus volontaire que d’autre …nounou laetitia

  20. Quel plaisir de vous lire ! C’est un grand soulagement pour moi de savoir qu’une école comme la votre existe pour nos enfants ! Je suis musicienne (saxophoniste) et j’ai commencé a donner des cours de saxophone, puis des cours d’éveil musical et instrumental a de jeunes enfants j’ai été frappée par leur grande curiosité et par leur potentiel extraordinaire !! Mais j’ai arrêté car je me suis rendu compte que parfois ces mêmes enfants n’avaient pas envie de faire de la musique (trop fatigués ou envie de faire autre chose) et que je ne voulais pas les y contraindre (c’était intolérable et anti pédagogique pour moi) !!
    Depuis cette décision j’ai aidé une amie qui étudiait en lui gardant sa petite fille de 5 ans qui sait ce qu’elle veut, est du curiosité insatiable et m’occuper d’elle m’a fait le plus grand bien !! J’ai senti qu’elle n’aimait pas l’école comme si l’école l’étouffait et devant sa détresse je suis allée chercher à la médiathèque des idées pour l’aider !!! Et là j’ai découvert Maria Montessori son intelligence et sa vision des enfants a été une découverte extraordinaire pour moi !
    J’ai un enfant de 13 ans merveilleux qui fait du violoncelle en horaire aménagé, du basket, qui est très créatif et qui en plus va a l’école d’où un emploi du temps très chargé mais il ne veut arrêter ni le violoncelle ni le basket. Je sens bien que même s’il s’adapte au système scolaire (où les professeurs sont contents de ses résultats) il s’y ennuie profondément et y perd l’envie d’apprendre, et je le voit petit à petit perdre cette flemme et cette curiosité !!

    aussi j’aimerais beaucoup connaître les tarifs de votre école et aussi de vos formations

    Avant tout un grand merci pour ce que vous faîtes pour les enfants car je crois que le système scolaire actuel devrait grandement s’inspirer de vos méthodes.

  21. Magnifique parcours ! Ces idées mûrissent également dans mon cerveau et quand je pourrais me le permettre , je m’engagerai dans un cursus de formation montessori .
    Pleins de bonnes choses pour la suite et bravo !

  22. Bonjour,

    Faites vous des cours par correspondance ? Je serai intéressée. Chez moi, j’ai presque tout le matériel montessori en sensoriel, mathématiques et français.

    Cordialement,

    Claire-lise Zwahlen

  23. Ouahhhh…quel magnifique parcours. Je suis très émue. Plus je vous lisais, plus je sentais une personne profonde qui ne venait pas d’une vie facile. Souvent, je remarque que les perles précieuses comme vous et les plus grands trésors naissent de souffrance ! Comme si la vie naissait dans la souffrance ! Je reste profondément touchée par votre témoignage.

    Cordialement,

    Claire-lise

  24. Sylvie bonjour
    Je lis votre parcours et je suis toute en admiration . J’ai laissé un message sur votre blog déjà pour demander une formation a distance . J’ai une fille de 15 ans qui a subit tous les inconvénients des écoles françaises(colle punition ,brimade, pression etc…) et j’ai du la mettre au CNED Rennes( donc école a la maison de Madagascar). Comme je vous écrivais je reve d’une école MONTESSORI a Madagascar. J’ai eu l’occasion de recevoir un groupe d’élèves de votre école , je crois en 2004accompagné par Mr Denis Carzon . Ils ont passés une nuit dans mon parc (que vous verrez sur mon site http://www.le-karthala.com) ;leurs remarques et impressions m’ont étonnée. Ils avaient tant d’idées créatives pour dévelloper ma structure sans que je leur demande. C’est là que j’ai appris qu’ils étaient a l’école Montessori de Bailly.Depuis je reve de cette école pour ma fille d’abord mais pour les jeunes lycéens également.Comment pourriez vous m’aider dans ce sens ? Merci

    1. Rebonjour Arianne, Je suis ravie et je vous remercie d’avoir accueilli mes élèves lors de leur séjour à Madagascar dont ils ont gardé un excellent souvenir. Je peux vous aider de beaucoup de manières différentes : vous faire bénéficier d’une formation correspondance, vous aider pour la création de votre école (je le fais déjà pour plusieurs personnes), trouver pour votre fille un système où elle puisse venir dans mon école, etc… Tout est possible et je suis à votre entière disposition pour vous aider. A bientôt j’espère. Sylvie

    2. Je viens de regarder votre site. L’endroit où vous vivez me semble magnifique. Je peux aussi me déplacer à Madagascar pour vous faire bénéficier d’une formation sur le matériel Montessori et vous aider à créer votre école. A bientôt. Sylvie

      1. Sylvie bonjour
        Milles merci d’avoir pris le temps de me lire et de répondre a mes soucis . Oui tout est possible et j’éspère pouvoir avancer mon projet avec vous . Vos propositions d’aider ma fille me tiens bien a coeur mais il faut se rendre a l’évidence , cette école
        est trop cher pour nous . Madagascar est très pauvre 3000fois plus pauvre que la France puisque 1€=3000ariary (nos francs). Je ne sais ce que vous pouvez proposer .
        Venir m’aider a Madagascar , c’est surement le plus beau pour moi.Peut on en discuter
        plus profondémént? Je n’ai pratiquement pas de moyen financier , peut on penser a des échanges de services par exemple? En tout cas merci pour cet interet, et a bientot .
        Arianne

      2. Bonjour,

        Le problème c’est que la formation est payante. Surtout si je dois me déplacer à Madagascar. De plus, vous ne disposez pas du matériel Montessori sur place donc cela me semble très difficile. De plus, on ne peut pas commencer en créant un lycée. Il faut d’abord ouvrir une maternelle, puis un primaire puis un collège et enfin un lycée. Il est important que les enfants apprennent jeunes selon la méthode Montessori et ensuite grandissent dans cette pédagogie. Il est bien sûr possible d’intégrer en cours de scolarité mais pas des classes entières.
        Sylvie

      3. Sylvie bonjour
        Je fais suite a mon mail/message de proposition de collaboration ou d’échange entre nous pour concrétiser le projet venue a Madagascar et formation ?

    3. Sylvie bonjour
      J’ai recu votre mail m’avisant des difficultés a concrétiser mon projet.Ce serait dommage de ne pouvoir rien faire . Je voudrais savoir tous les élèves qui étaient ici ont tous fait Montessori depuis les primaires donc ? Pour moi il me sera difficile de commencer a ce niveau , peut etre mettre en place pour d’autre , pour le pays , mais personnellement pour mon cas c’est redonner des principes tels engagement , responsabilité, motivation , bienveillance , autonomie , etc… que je trouve dans votre pédagogie, pour des jeunes qui doivent entrer dans le milieu du travail en 2 ou 3 ans qu’il me faudrait. Y a t il des séminaires , pédagogie, programme dans ce sens ? Pour le prix pourrai je avoir une estimation ? Merci et a bientot .

  25. merci à vous de partager. les enfants qui croisent votre route et qui peuvent profiter d’une école comme celle la ont une chance inouie. j’ai des jumeaux de 6 ans et j’aurai adoré pouvoir les inscrire dans une école montessori. dommage, le haut rhin ne dispose pas de telle structure. je suis heureuse qu’elles se développent partout et j’admire votre parcours. nos enfants sont en effet tellement différent et particulier… chacun à leur manière… leurs reflexions sont tellement libres de toutes barrières, à quelques jours de la rentrée scolaire je suis triste de savoir que le système éducatif français ne puisse pas apporter à chacun d’eux une approche individualisée et qui permettra de les préparer au monde qui les attend et qui change si vite ! aux parents de compenser au maximum à la maison mais avec nos emplois du temps quoi de plus dur… à première vue… vous nous donnez du courage dans vos lignes : si vous avez réussi à faire tant de choses et cela pendant un tel combat … rien n’est impossible. belle lecon de vie. et merci pour ce que vous faite… merci pour eux.

    1. Bonjour Sylvie,
      Egalement très touchée par votre témoignage, je vous trouve extrêmement courageuse et très motivée.
      Je suis professeur titulaire, dans l’Éducation nationale depuis 30 ans en lycée professionnel, c’est à dire avec une jeunesse parfois en grandes difficultés, remisée la plupart du temps dans la voie pro. parce qu’on ne sait pas quoi en faire. Aujourd’hui, à l’aube de ma carrière et de ce métier que je continue à aimer, j’ai des projets. J’aimerais m’entretenir avec vous de façon plus élaborée afin de bénéficier de votre expertise.
      Je vous remercie d’avance.

  26. Et bien quel parcours! Je suis toujours très admirative quand je lis vos posts et quand je vois que vous avez toujours pris le temps de répondre à mes mails..un sincère grand merci ! J’aurai adoré monter une école montessori…!

  27. Sylvie,
    Votre article m’a beaucoup touchée. Nous avons vécu la même chose avec Marie. Et c’est d’ailleurs pour elle que nous sommes arrivés à Vive l’Enfance. Ses frères sont arrivés l’année suivante. Notre Thibaut, dyspraxique, qui a retrouvé confiance en lui et qui est si malheureux de voir son école fermer. Et Pierre, le sportif, qui ne veut que skier, et qui rêve d’espace !!!
    Tous les trois garderont un souvenir merveilleux de leurs années à Vive L’Enfance.

Qu'en pensez-vous de cet article sur mon blog Montessori ?