Des nouvelles du collège et du lycée

Voici un joli témoignage de Denis Carzon, notre formidable professeur d’histoire-géographie de la classe de 3ème du collège ainsi que de nos trois classes de lycée.

Pour les lycéens aussi…

J’ai pensé que vous seriez intéressés par savoir comment les enseignants du Lycée International Montessori Athéna, avaient organisé leurs cours ainsi que les suivis pédagogiques de tous nos élèves de collège et lycée.

Je remercie l’ensemble de l’équipe pédagogique pour l’extrême qualité de ce qu’ils ont tous mis en place pour garder le lien avec les élèves et leur offrir une continuité dans leurs apprentissages. Les parents d’élèves ne cessent de nous envoyer des compliments sur l’organisation, sur la bienveillance, et la présence quotidienne des enseignants qui ont permis à leurs enfants de continuer à apprendre et à avoir de jolies relations avec les professeurs.

« Le confinement n’est pas la forme la plus idéale de l’enseignement. Car enfin, être professeur c’est avant tout créer des rapports de confiance et d’estime, de développer des rapports humains au profit d’un savoir, d’un savoir-faire, d’un savoir être.  Bien sur les conditions d’un professeur de lycée ne sont pas les mêmes que pour le primaire ou les premières années de collège. Moins de petits bobos à soigner, mais une gestion de l’angoisse des jeunes qui se retrouvent seuls sans l’émulation du groupe. L’angoisse du professeur aussi qui ne parvient pas à créer cette ambiance si nécessaire, ponctuée de remarques, de plaisanteries plus ou moins drôles, mais qui rendent le groupe heureux de partager et transmettent le plaisir d’apprendre.

Il a donc fallu faire autrement. J’ai un site personnel sur lequel j’ai tous mes cours, rédigés de telle façon que même un élève ayant été longtemps absent puisse comprendre les sujets abordés et travailler en autonomie. J’y ai rajouté des films permettant de varier les approches pédagogiques et de donner un peu d’énergie et d’aspect ludique. Chaque semaine, les élèves ont des questions à traiter à partir du cours, du livre et de ces petits films qui résument en 5mn le chapitre étudié.

Les élèves sont pour beaucoup impliqués, mais on sent aussi chez certains la difficulté de travailler seul. Ils dépassent les délais, rendent des exercices à peine faits. Alors il faut les appeler, leur redonner de l’énergie et du moral. Surtout ne pas couper le lien et éviter de tout consacrer au virtuel.  Inversement, d’autres le saisissent comme une vraie chance : ceux qui bavardaient et s’amusaient beaucoup en classe, travaillant peu ont trouvé là une possibilité de prouver leurs capacités, à eux-mêmes et aux adultes, loin des distractions traditionnelles de la salle de classe.  Bien sûr, d’autres enfin, malgré les rappels réguliers, les contacts, n’ont rien fait et rien rendu depuis le début du confinement, partant du principe que puisque les notes ne compteront pas, inutile de travailler. Il faut avouer que ceux-ci, dans leur ensemble, ne travaillaient pas non plus quand les notes comptaient. Les retours sont souvent très positifs et forts et peuvent se résumer à « Puisque vous êtes là pour nous, et ne nous laissez pas tomber, nous allons donner le meilleur de nous-même. ». Il y a donc des aspects positifs, notamment ce maintien de liens qui montrent de façon subliminale la confiance, l’attachement mutuel entre les professeurs et les élèves.

Denis Carzon Professeur d’Histoire géographie 3e et Lycée.

Laisser un commentaire