Parler à son enfant, un cadeau pour grandir !

Parler à son enfant, un cadeau pour grandir !

Les études sur la question du langage vont toutes dans le même sens : les inégalités se creusent dès la naissance, et persistent jusqu’à l’âge adulte.

Les enfants éveillés, à qui l’on parle bien et avec un vocabulaire riche, entreront plus rapidement dans tous les apprentissages, tout particulièrement dans la lecture, et avec plus de facilité.

Bien plus, c’est grâce à notre capacité à nommer le monde qui nous entoure que nous pouvons le comprendre et le connaître.

Par ailleurs, plus on s’adresse à l’enfant, plus il se sent considéré, compris. En lui laissant, en fonction de l’âge, le temps de la réponse, on lui fait prendre conscience de sa valeur, de l’importance de son point de vue, et il grandit dans l’estime de lui même et dans la confiance en lui.

Parler à son enfant est tout simple, mais si souvent négligé. Que dire à un nouveau-né, et à quoi bon si petit ?

Les neuroscientifiques sont formels, dès la naissance, et même avant, l’enfant réagit au langage. Alors c’est parti, toutes les occasions sont bonnes. Au moment des repas, pendant les changes ou le bain, en promenade… Le tout-petit sera sensible à toutes les interactions. Nommer les parties du corps pendant la toilette, jouer avec lui avec un petit bateau dans le bain, lui chanter des comptines au moment du change, échanger sur les goûts et les aliments pendant le repas, parler de la météo, de la nature pendant les promenades, expliquer à l’enfant ce que l’on fait, et pourquoi : « c’est l’heure, d’aller chercher ton frère à l’école, nous allons enfiler ton manteau, un bras, puis l’autre, passe ta main dans la manche, coucou petite main ! »…

Plus l’enfant grandit, plus les occasions se multplient ! Employer le mot juste et non des mots trop généraux : « regarde cette tulipe ! », plutôt que d’employer le mot fleur ou encore «  As-tu vu le rouge-gorge », plutôt que l’oiseau…

Il n’y a pas non plus d’âge pour lire avec son enfant. Dès la naissance, les livres en noirs et blancs sont très adaptés pour une première approche de la lecture car l’enfant, qui ne distinguent pas les couleurs, est sensible aux contrastes. Puis peu à peu, complétons la bibliothèque de notre enfant, emmenons le à la médiathèque, donnons lui le goût de la lecture et lisons avec lui au moins un quart d’heure par jour. Profitons des saisons, des voyages que l’on fait, des visites, des évènements de la vie pour varier les lectures. Si nos enfants se passionnent dans un domaine, sautons sur cette occasion pour enrichir son vocabulaire sur le thème qu’il aime. Et n’ayons pas peur de lui relire tous les soirs la même histoire si c’est celle qui lui fait plaisir ! Après tout, c’est pour lui et non pour nous et n’oublions pas que la répétition est fondamentale pour ancrer les apprentissages.

Parions que si nous jouons vraiment le jeu, nous allons nous-aussi, grâce à notre enfant, enrichir notre vocabulaire !

Sylvie d’Esclaibes

Laisser un commentaire