Réaliser ses rêves…

Il a toujours été essentiel pour moi de réaliser ses rêves afin d’avoir une vie heureuse et épanouie. Et c’est ce que j’ai toujours essayé de transmettre à mes enfants ainsi qu’aux élèves qui passent quelque temps dans ma classe.

En effet, je reprends cet article de psychologie :

« Devenir soi. Tel est le but, l’enjeu. Pourquoi vouloir réaliser nos rêves, si ce n’est pour être en accord avec notre nature profonde et nos aspirations intimes ? Mais comment y parvenir et de quoi s’agit-il ? D’assouvir une envie ? De réaliser un fantasme ? D’aboutir un projet pas encore assumé ? De quel rêve parle-t-on et quel rapport entretient-il avec nos songes nocturnes ? La psychanalyse accorde une importance centrale à ce qu’elle nomme le désir, un concept auquel Gérard Bonnet et ses confrères viennent de consacrer un petit ouvrage, à la fois pointu du point de vue théorique et accessible à tous, Le Désir, l’objet qui nous fait vivre (Éditions In Press). Il y distingue « les désirs » – la somme de nos envies telles que nous pouvons les exprimer – et « le désir » inconscient auquel ces envies se rapportent. Ce désir-là « profite de toutes les occasions pour se faire entendre, cheminer, afin que le sujet parvienne à l’incarner dans des actions, un projet, une création, une manière de vivre, même si c’est toujours avec le sentiment que c’est fragile, que ce n’est jamais tout à fait ça ». Toute notre existence est ainsi tendue vers la recherche de cet « obscur objet de désir » qui alimente notre énergie motrice, mais nous demeure radicalement inaccessible. Les buts que nous poursuivons ne seront véritablement source de satisfaction et d’épanouissement que s’ils correspondent à cette énigme fondamentale. Or il n’est pas donné à tout le monde, observe Inès Weber, de réaliser ses choix « non pas en fonction de critères extérieurs – modèle de réussite standardisé, logique de sécurité économique, réponse aux attentes d’autrui – mais à partir d’une impulsion intérieure ».

Et justement pour faire les bons choix, il faut que sa personnalité depuis le plus jeune âge ait été respectée. Et ceci est le premier critère qui m’a fait choisir la pédagogie Montessori pour mon fils aîné il y a 30 ans maintenant. Je voulais absolument que l’on respecte qui il était et qu’on ne le mette surtout pas dans un « moule » comme l’école traditionnelle avait tendance à le faire. Ainsi peu à peu, il découvrirait ses vraies passions, se connaîtrait le mieux possible, saurait ce pourquoi il est fait et ainsi aurait une vie qui lui correspondait totalement. Je vois en effet trop de jeunes et moins jeunes aujourd’hui qui agissent en fonction de ce que font les autres et ont des regrets car leur vie n’est pas celle dont il rêvait.

Et ainsi nos élèves réalisent souvent leurs rêves. Aujourd’hui je vais vous citer l’exemple de mon fils Alexandre d’Esclaibes. Depuis qu’il était tout petit, il était passionné de voitures. Il apprenait tout grâce aux voitures : les couleurs, compter, lire le nom des marques, etc… Il a même développé son sens auditif en reconnaissant une voiture juste en entendant le bruit de son moteur. Bien sûr son cadeau préféré, était les petites voitures et les garages. Et il y jouait pratiquement tout le temps, restant très concentré sur cette activité. Lorsqu’il a grandi, nous allions à chaque édition du Mondial de l’Automobile où il pouvait passer des heures à tout observer. Par bonheur, nous étions très amis, avec un constructeur automobiles très connu en France, et donc il a pu visiter tous les musées de cette marque et même les salles fermées au public.

Cette passion lui est toujours restée et aujourd’hui il est heureux d’avoir pu ouvrir son garage à Marseille, ville où il a aussi créé son Ecole Montessori « Esclaibes » car nous partageons tous les deux cette passion pour l’Education. Il a d’ailleurs créé également sa deuxième école Montessori Esclaibes à Paris 16ème.

Si vous habitez Marseille ou sa région, je vous conseille d’aller faire réparer, entretenir ou nettoyer votre voiture au Garage Tozzi, situé 87 Cours Lieutaud à Marseille. Vous aiderez ainsi Alexandre à vraiment réaliser son rêve. Abonnez-vous à sa page Facebook et à son compte Instagram. Ainsi vous pourrez suivre toute l’actualité de son garage car il s’y passe plein de chose.

J’avais déjà publié un article sur un de nos élèves qui avait réalisé son rêve. Antoine continue à vivre sa passion et il est très épanoui.

Je vais continuer cette série dans de prochains articles.

Et vous avez-vous réalisé vos rêves ?

Sylvie d’Esclaibes

Laisser un commentaire