Le contact à la terre, fidèle aux souhaits de Maria Montessori

Mettre le plus possible les enfants en contact avec la terre, était une idée très développée par Maria Montessori et notamment pour la période entre 12 et 15 ans.

Les enfants de nos jours sont bien différents de ceux de l’époque de Maria Montessori, mais je remarque que nos élèves ont un réel besoin de tout ce qui est relié à la Terre et à la vie, dès le plus jeune âge et encore davantage à partir de 9 ans. Pour moi les jeunes entrent dans l’adolescence de plus en plus tôt et donc cela demande une réflexion par rapport à ce que l’école leur propose pour leur équilibre et leur bien être.

C’est la raison pour laquelle, afin d’être toujours fidèle aux principes évoqués par Maria Montessori, nous avons décidé, au Lycée International Montessori Athéna de Bailly ainsi que dans les autres écoles de notre réseau (lorsque cela est possible bien sûr) de mettre en place des potagers et d’installer aussi des animaux dont les enfants sont responsables. Nous avons même embauché un spécialiste des jardins pour aider les enfants à faire les choses de la façon la plus adaptée à la nature.

Maria Montessori expliquait également qu’il était très important de permettre aux adolescents de créer leur « petite entreprise », et de la gérer. C’est donc ce que nous mettons en place également à Bailly.

Pendant l’hiver, les enfants ont passé beaucoup de temps à préparer les carrés de potager, puis ils ont fait des semis et ont planté également des plans de différents légumes. Et tous les jours, ils ont entretenu, arrosé et pris bien soin de leurs plantations. A la bonne saison, notre spécialiste, Tristan Yvon, a aussi planté des arbres fruitiers dans le jardin des poules et des lapins puisqu’il a appris que les parasites des arbres fruitiers étaient mangés par les poules. Ainsi les enfants apprennent aussi beaucoup de choses sur la nature et son équilibre.

Depuis cette semaine, les élèves ont pu ramasser des salades, des radis, et de la rhubarbe. Ils ont préparé tout cela afin de pouvoir les présenter correctement à la vente à leurs parents. Donc ils ont coupé les rhubarbes, regroupé les radis et attachés un fil autour, et manipulé leurs salades avec grand soin. Ensuite ils ont écrit les étiquettes des prix et bien installés tout cela dans des cageots adaptés.

Puis ils ont attendu la venue de leurs parents et des enseignants qui étaient ravis de venir acheter ces produits totalement bios. Ils ont tout vendu et ont récolté une petite somme d’argent. Maintenant ils vont décider quel montant ils allouent à l’achat de nouveaux produits à planter afin de pouvoir vendre toute l’année, et ils vont garder l’argent qui leur restera pour un projet de leur choix. Et bientôt ils vont pouvoir proposer aussi les oeufs de leurs poules.

C’est extraordinaire de voir le sérieux avec lequel les enfants ont effectué tout cela. Ils ont ainsi développé un grand sens de la responsabilité et ont été très fiers du résultat de leur travail. J’ai également pu observer le besoin très important qu’ils ont d’être en contact avec la terre et d’être responsabilisés. Et il est impressionnant de voir à quel point ils assument les taches qui leur sont confiées. Et je pense qu’à cet âge où ils sont encore en pleine construction, il est extrêmement important que l’école leur permette de mettre en valeur toutes ces qualités. Cette autonomie et cette confiance en eux-même, ils la gagnent pour toute leur vie.

Les enfants se chargent également du fleurissement de l’école, plantant différents types de bulbes, puis de fleurs en fonction des saisons qui passent. Ils découvrent ensuite les fleurs qui apparaissent au fur et à mesure. Ils plantent des fleurs aussi à l’intérieur des jardinières qui décorent l’école et le prochain objectif sera de leur faire établir leurs plans de plantations en fonction des fleurs, de leurs coloris et de leur taille. Ils observent aussi qu’encore une fois les choses doivent être cadrées et deviennent ainsi des « paysagistes » en herbe.

Toutes ces taches sont également très importantes pour que l’enfant comprenne la relation de cause à effet : avec la terre, tout ce que l’on fait porte ses fruits. Et il est aussi essentiel de comprendre tout cela avec des réalisations concrètes. Les adultes peuvent toujours expliquer, rien n’est mieux que de le vivre en étant actifs et participatifs. Ils deviennent aussi plus vigilants pour préserver ce trésor qu’est notre Terre et tout ce qui peut vivre grâce à elle.

Lorsque tous les observateurs viennent visiter notre école de Bailly, ils disent qu’il se dégage une ambiance extraordinaire et que les enfants semblent très heureux, autonomes, actifs, responsables et bien dans leur peau. Je pense que la mise en place de ces activités, entre autres choses, y est pour beaucoup.

Nous poursuivons nos beaux projets et reviendrons vous les raconter…

Sylvie d’Esclaibes

2 commentaires

    1. Bonjour Vincent, Oui bien sûr tout est toujours là : ta cabane qui fait toujours le bonheur des enfants et les fleurs… J’espère que tout va bien pour toi et pour les enfants. Je t’embrasse

Laisser un commentaire