Cyrulnik: « Un enfant qui s’épanouit en maternelle est bien parti dans l’existence »

Cyrulnik: « Un enfant qui s’épanouit en maternelle est bien parti dans l’existence »

Voici un article paru dans l’Express du 26 mars dernier que j’ai envie de partager avec vous. En effet, encore une fois, Maria Montessori avait été visionnaire puisqu’elle avait bien expliqué l’importance de l’éducation du très jeune enfant qui marquerait sa personnalité pour toujours.

Elle expliquait l’importance de l’environnement préparé et de l’attitude de l’adulte. Un soin très particulier est apporté à la façon de parler à l’enfant, de le rassurer sur ses compétences, de lui donner confiance en lui-même et en l’adulte afin qu’il sache qu’il peut se confier, et qu’il a la possibilité très importante d’être libre : libre d’être lui-même, libre de s’exprimer, libre de se construire à son rythme.

Montessori adulte

Une belle relation entre l’éducateur et l’enfant est fondamentale

Notre organisme de formation « apprendre Montessori » accueille un très grand nombre de professeurs des écoles qui souhaitent justement se former à la pédagogie Montessori pour avoir la meilleure attitude possible avec les enfants et pour leur préparer un environnement qui leur permette de s’épanouir à l’école et de se construire en parfaite harmonie.

J’ai d’ailleurs une immense admiration pour les professeurs des écoles publiques qui financent eux-mêmes leurs formations, uniquement dans le but d’offrir le meilleur aux enfants. J’ai personnellement écrit au Ministre de l’Education Nationale pour proposer nos formations auprès des professeurs des écoles mais ma proposition n’a pas retenu son attention.

Chaque mercredi, nos formatrices se rendent également dans les écoles privées sous contrat afin de dispenser nos formations dans le même but. Dans ces écoles, les formations sont financées par un organisme de financement, Formiris et par conséquent les enseignants peuvent plus facilement accéder aux formations qu’ils désirent.

Lorsque j’ai créé mon école Montessori pour mon fils ainé, il y a 30 ans, l’une de mes principales préoccupations étaient justement un grand respect de sa personnalité et le besoin d’une belle relation entre les enseignants et lui. En lisant les livres de Maria Montessori, j’avais été particulièrement intéressée par tout ce qu’elle expliquait sur l’attitude de l’éducateur auprès des enfants de tous les âges. Et ce fut une des raisons principales du choix de cette pédagogie.

Pour les parents qui souhaitent développer la confiance en soi de leur enfant, comme le dit Boris Cyrulnik, je conseille notre livre « Donner confiance à son enfant grâce à la pédagogie Montessori » paru chez les éditions Leducs.

Sylvie d’Esclaibes

 

Paris – Le neuropsychiatre Boris Cyrulnik a été chargé par le ministre de l’Education de préparer les « assises de la maternelle », qui s’ouvrent mardi à Paris en présence d’Emmanuel Macron. Pour ce spécialiste de la petite enfance, l’école doit apporter plus de sécurité affective.

Q: Pourquoi de telles assises ?

R: La maternelle française est très bonne, elle sert d’ailleurs encore de modèle à beaucoup de pays mais deux facteurs nouveaux sont apparus depuis 15-20 ans qu’il faut maintenant prendre en compte. En une génération, le développement neurologique, psychologique, affectif des enfants est devenu beaucoup plus rapide qu’avant. Les filles, notamment, ont une maturité plus précoce. Les enfants qui entrent à l’école ne sont plus les mêmes qu’avant.

Par ailleurs, « la niche sensorielle » des enfants a changé, c’est-à-dire leur environnement: aujourd’hui, les enfants ne sont plus entourés de la même façon qu’avant, notamment par leurs parents, qui pour la plupart travaillent. Ce sont donc aussi aux crèches et à l’école de créer l’attachement qui va permettre aux enfants de se sentir +sécurisés+ et de pouvoir entrer pleinement dans les apprentissages.

Q: Ces assises mettent l’accent sur le langage et le bien-être des enfants qui étaient justement au coeur de la révision des programmes en 2015. Veut-on revenir sur ces priorités ?

R: Non, au contraire. Grâce à la neuro-imagerie, on a découvert que le théâtre, le jeu, la musique stimulaient le cerveau, amélioraient l’accès au langage. Le fait de renforcer de telles pratiques pourraient aider les enfants à progresser dans leur maîtrise de la parole, entraîner leurs habilités relationnelles, ou encore renforcer leur socialisation.

Et même si des progrès ont été faits, il faut en France insister sur l’importance de l’affect: quand on parle, quand on joue, quand on se familiarise avec des enfants, on développe une relation affective qui permet ensuite de stimuler tous les autres apprentissages.

Si un professeur des écoles est rigide, il inhibe le développement de l’enfant. Or on ne peut rien transmettre, ou difficilement, à un enfant inhibé ou malheureux.

Si à l’inverse, le professeur est plus souple, par son comportement ou sa formation, cela permet à l’enfant de renforcer les apprentissages. Et un enfant qui s’épanouit à la maternelle est bien parti dans l’existence.

Q: Faut-il donc revoir les formations des professeurs des écoles ?

R: C’est un point central. Les professeurs des écoles ont un bon niveau universitaire mais qui n’est pas toujours adapté à la fonction sécurisante qu’ils doivent offrir aux enfants. Certains ont même un doctorat. Cela ne leur permet pas pour autant d’apprendre à un enfant qui arrive en maternelle à s’adapter à l’école.

Il faut aussi revoir sans doute la formation des Atsem (agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles, qui aident les instits dans les classes, ndlr). Elles – car il s’agit quasiment toujours de femmes – servent de médiation entre l’enfant, la famille et les professeurs. Quand quelque chose ne va pas, elles sont souvent les premières à s’en apercevoir car ce sont vers elles que se tournent les enfants. Elles jouent un rôle crucial. Il faut donc leur donner une formation adaptée, pouvoir leur enseigner à elles-aussi les théories de l’attachement.

Il faudrait aussi inviter les familles dans l’école, pour expliquer aux parents comment ils peuvent donner confiance à leurs enfants.

Propos recueillis par Isabelle TOURNÉ

Cet article, publié dans Maternelle, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s