L’école doit permettre aux enfants de devenir des êtres libres

L’école doit permettre aux enfants de devenir des êtres libres

Montessori liberté

Des êtres libres

La liberté

Beaucoup de choses se racontent sur la liberté de l’enfant Montessorien dans la classe. Certains disent des choses du type : « dans une école Montessori, l’enfant fait ce qu’il veut », ou alors : « il n’y a aucune discipline ».  Je dois avouer que dans certaines écoles Montessori qui interprètent très mal les livres de Maria Montessori, ces phrases sont vraies et j’en ai été témoin mais  dans la pédagogie que j’ai choisi de mettre en place dans mes écoles Montessori, c’est totalement faux. C’est la raison pour laquelle, j’ai voulu publier un article sur cette fameuse liberté qui est pour moi une notion fondamentale.

Maria Montessori

Maria Montessori

Maria Montessori a remarqué que :

« L’enfant a un impérieux besoin de liberté. S’il a reçu la clé de sa personnalité et s’il est gouverné par ses propres lois de développement, il est en possession de facultés tout à fait sensibles et uniques qui ne peuvent s’exprimer que dans un contexte de liberté. Si l’une de ces conditions vient à manquer, la vie psychique de l’enfant n’atteindra pas sa plénitude de développement et sa personnalité subira un arrêt de croissance. »

« Ce n’est pas de penser ce que nous voulons qui nous rend libre, mais de penser ce qui est vrai. Par analogie ce n’est pas faire ce que l’on veut qui nous libère mais faire ce qui est juste. »

Dans l’œuvre de Goethe « les années d’apprentissage de Wilhelm Meister » on peut lire : « j’ai découvert l’inévaluable bonheur de la liberté ; il consiste non pas dans le fait que l’on agisse à sa guise en toute circonstance mais dans le fait que l’on puisse, sans frustration ni contrainte faire ce qu’il convient comme il convient ».

Maria MontessoriMaria Montessori : « les enfants témoignent d’une étonnante discipline personnelle : à leur sérénité s’ajoute le respect du droit des autres. C’est parfaitement spontané, ils vivent dans leur petit monde studieux sans jamais déranger personne. Leurs mouvements sont harmonieux et tout en eux témoignent de l’intérêt qu’ils portent à toutes choses. Ce sont des personnes libres et indépendantes, responsables de leurs actes, jamais ils n’abusent de leur liberté. Leur respect de l’autorité n’en est en rien diminué. »

L’enfant dispose de la liberté de choix :Lecture composer des mots avec l'alphabet mobile

En maternelle et primaire, l’enfant choisit son travail cependant cette liberté a une limite :

  • Il doit faire son travail jusqu’au bout,
  • Il n’existe qu’un matériel de chaque série donc il doit attendre pour pouvoir faire le matériel qu’est en train de faire un autre,
  • Il doit faire le matériel correctement : une façon lui est montrée, il ne peut utiliser le matériel autrement pour faire n’importe quoi,
  • Il doit remettre le travail à l’état initial et le ranger.
  • En primaire : il peut choisir s’il commence par les maths ou le français mais doit s’y tenir et après la récréation doit changer de matière
  • En primaire : lorsqu’il a choisi une matière, il doit suivre le plan de travail (il ne peut pas faire une page puis une autre au choix)
  • En collège : c’est la même chose il doit suivre le plan de travail.
  • Il doit assumer les conséquences de ses actes: en maternelle s’il renverse, il doit ramasser,
  • En collège et lycée, c’est la même chose, il doit assumer les conséquences de ses choix.
  • Avec les plans de travail, s’il ne travaille pas en classe : il ne peut pas se cacher il s’en rend compte tout de suite et il doit le finir à la maison ou passer plus de temps que les autres sur un seul plan de travail.
  • En maternelle ou primaire, il choisit sa place, s’il souhaite travailler sur la table ou sur un tapis mais il doit respecter cet espace. Il ne peut pas changer de table  dans le courant de la demi-journée, il ne doit pas déranger les autres, ni travailler sur l’espace de l’autre,
Montessori écriture

Choisir ses activités et les faire jusqu’au bout.

L’enfant dispose de la liberté de mouvement : L’enfant peut se déplacer dans la classe, il peut aller aux toilettes lorsqu’il le désire, etc…

  • Il doit marcher doucement (ne pas courir)
  • Ne pas marcher sur le tapis d’un autre,
  • Ne pas déranger,
  • Ne pas bousculer les autres, ni le matériel d’un autre, ni les étagères, etc…
  • Faire attention aux plus jeunes (mélange des âges)
  • Il doit travailler sur un tapis (c’est son espace de travail dans lequel il est libre) ou sur une feutrine sur la table (id tapis) mais en dehors de cela il doit respecter les autres
  • En maternelle et primaire, des exercices sont organisés à la rentrée pour préparer et gérer cette liberté :
    • Marcher doucement
    • Marcher sur la ligne
    • Marcher sur la ligne avec une clochette
    • Marcher autour du tapis sans le toucher
    • Porter la chaise
    • Ouvrir et fermer la porte
    • Maîtriser son corps et ses membres
Montessori motricité

Marcher sur la ligne.

Tout ceci pour illustrer la phrase de Maria Montessori : « Les enfants nous l’apprennent : liberté et discipline vont toujours ensemble, ce sont deux aspects d’une même chose et là où la discipline fait défaut, la liberté n’est pas parfaite. La volonté et l’obéissance vont de pair puisque la volonté apparaît en premier et que l’obéissance vient, plus tard s’appuyer sur elle. La liberté est essentielle à la véritable obéissance, celle qui résulte du choix et non de la contrainte, elle est donc essentielle dans l’apprentissage de la volonté. »

Montessori ouverture sur l'autre

Respect des différences.

L’enfant doit disposer de la liberté d’expression : ils peuvent s’exprimer, parler avec les autres, ne pas être d’accord, raconter ce qu’ils ont fait, faire les exposés qui les intéressent,

  • Ne pas parler fort,
  • Respecter l’avis des autres
  • Ecouter l’autre
  • Ne pas se moquer
  • Ne pas prononcer des paroles blessantes
  • Respecter les paroles, les avis des autres
  • Etre poli : dire bonjour, merci, excusez-moi, etc…
  • Respecter le professeur
  • S’il est fatigué, contrarié, pas d’accord, il peut le dire (poliment). Ils sont écoutés.

L’enfant dispose de la liberté d’être lui-mêmeMontessori opérations

  • Respect du rythme de chacun (plan de travail, enseignement adapté, )
  • Respect de la façon d’apprendre de chacun (auditif, visuel, dyslexique, etc…) adaptation de l’enseignement à chaque cas
  • Respect de ce qu’est chacun (les plus timides peuvent le rester, ceux qui ont des phobies, ne viennent que lorsqu’ils ont la force de venir, ceux qui vont plus vite comme Nathan il commence le programme de maths de 1ère S avant alors qu’il n’est qu’en 2nde, Alexandre a terminé le programme de physique-chimie de 1ère S alors qu’il est en 2nde, chez les plus petits, ils avancent à leur rythme).
  • Respect des talents de chacun (ils sont même mis en valeur et poussés, Ex : L’histoire d’ Ethan et celle d‘Antoine.
  • Ne surtout pas rentrer dans un moule : respect de ce qu’ils sont et on ne veut surtout pas les changer (le rêveur peut le rester, le sensible aussi)
  • Le développement constant de la confiance en soi leur permet de mieux se connaître et s’accepter et donc d’être soi-même et pas chercher à être comme l’autre.
  • On n’accepte pas les moqueries donc on peut rester soi-même
  • Le développement de la connaissance des autres cultures : on connaît d’autres cultures, on n’en a donc pas peur, on ne juge pas l’autre donc il peut rester lui-même
  • Les enfants baignent dans un milieu multi-culturel dès tout petits donc ils savent très jeunes que d’autres vivent différemment mais ne sont pas moins bien, ni mieux donc on peut rester soi-même avec sa propre culture.
  • On incite l’enfant à acquérir l’auto-discipline ce qui le rendra totalement indépendant et donc libre (ex les enfants qui sont Montessoriens depuis tout petits ont une totale auto-discipline, ils n’ont jamais besoin de sanctions, d’autorité, etc…)
  • La confiance en l’adulte les rend libres, ils savent qu’ils peuvent être eux-mêmes sans craindre l’adulte.
  • Les enfants ont leur propre discipline : Maria Montessori disait : « liberté et discipline vont toujours ensemble, ce sont deux aspects d’une même chose et là où la discipline fait défaut, la liberté n’est pas parfaite»
  • Chez les petits, il y a beaucoup de contraintes et de disciplines et ainsi ils peuvent exercer leur liberté dans ce cadre

Une belle phrase de Maria Montessori :

Montessori exposé

Respecter, écouter.

« Chaque enfant est différent et chaque esprit a ses capacités et ses affinités particulières, ses exigences propres et sa méthode personnelle face aux expérimentations. Ces caractéristiques sont malheureusement souvent estompées pour ne pas dire effacées par l’éducation qui devrait au contraire les mettre en valeur ».

« Grâce à la liberté dont il jouit dans une ambiance Montessori, l’enfant a toutes opportunités pour réfléchir à ses actes, méditer sur leurs conséquences pour lui-même et pour les autres. Il se confronte aux limites de la réalité. La possibilité d’accéder à la connaissance de soi est l’une des conséquences les plus importantes de la liberté donnée dans une classe Montessori »

Le but de la méthode est aussi de faire de ces jeunes des êtres libres.

  • La confiance en soi rend libre, tout est fait pour développer cette confiance en soi depuis la maternelle jusqu’aux plus âgés.

Filliozat a écrit dans « l’intelligence du cœur » : « la confiance semble être l’ingrédient fondamental de la réussite et du bonheur. C’est un concept générique qui englobe différentes dimensions : la confiance de base, la confiance en ses désirs, en ses sentiments, en son jugement, en ses capacités, en son aptitude à entrer en relation avec les autres et à être utiles. La confiance en ses pensées propres est celle qui permet de résister à l’influence sociale, de réfléchir par soi-même et de remettre en cause les préjugés. Elle est titulaire de la tolérance à la solitude, car pour rester soi même parmi les autres, on a besoin d’une sacré force intérieure. Pour devenir un jour indépendant, savoir se diriger, et vivre de manière autonome, il faut aussi apprendre à faire les choses seul. »

Montessori -professeurs

Une grande qualité d’enseignement.

  • Par la qualité de l’enseignement et l’apprentissage des langues, on leur permet d’avoir toutes les portes ouvertes pour leur vie future : ils peuvent choisir les écoles supérieures qu’ils désirent et le pays où ils désirent vivre,
  • Un bon niveau partout donne une grande liberté (on peut tout choisir),
  • Le fait de tout cultiver chez les jeunes : les matières académiques classiques + l’art, la musique, le sport, les langues…. Permet aux jeunes d’avoir davantage d’opportunités,
  • Le développement de la créativité leur permet d’imaginer davantage de situations pour leur avenir et leur donne donc plus de liberté
  • Les rendre autonomes et indépendants va les rendre libres car ils sauront (il est possible d’être indépendant tout en n’étant pas libre. Mais il est impossible d’être parfaitement libre sans avoir conquis cette base qu’est l’indépendance). Les exercices de vie pratique qui sont commencés dès le plus jeune âge puis le fait de savoir travailler tout seul les rend totalement autonomes..

S’ils savent qu’ils ont la capacité de se débrouiller tout seul, ils acquerront leur liberté. Un être dépendant des autres n’est jamais libre.

  • Les rendre toujours capables de travailler sous leur propre impulsion les rend libres car ils n’ont pas besoin de quelqu’un qui leur dit de travailler, ils le font par eux-mêmes (plan de travail, enthousiasme pour le travail, les petits travaillent ne jouent pas, belle image de soi quand on travaille bien).
  • Travailler pour eux et non pour leurs parents ou pour les professeurs ou par rapport aux autres les rend libres (travail individuel, plans de travail, peu d’importance des notes avant).

Je conclurai cet article par une phrase de Maria Montessori et de Froebel, le principal titre de « gloire » de Fröbel, qualifié de « maître germanique de l’éducation de la petite enfance1 », reste sa conception pédagogique qui est à l’origine des jardins d’enfants, une idée au retentissement universel : « Seule la liberté à l’intérieur de contraintes volontairement consenties est une véritable liberté ».

Sylvie d’Esclaibes

Advertisements
Cet article, publié dans Collège, Etude pédagogique, Formations Montessori, Maria Montessori, Maternelle, Primaire, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour L’école doit permettre aux enfants de devenir des êtres libres

  1. claire-lise dit :

    Merci Sylvie, c’est exactement ce qu’il me manquait à mes outils ! je suis dans la réflexion de vivre de plus en plus dans une éducation consciente et bienveillante. Même si pour moi, le chemin n’est pas facile, le peu que je mets en pratique, je vois déjà de réel changement. Merci pour tout ce que vous partagez.

  2. claire-lise dit :

    Très passionnant…et si un enfant enfreint une règle, par exemple, un enfant tape comment faites-vous ? ou un enfant fait n’importe quoi avec le matériel, comment faites-vous ?

    • Bonjour, On le prend à part (surtout pas devant les autres) et on lui explique que son comportement n’est pas possible. S’il persiste on lui demande de s’asseoir sur une chaise pour réfléchir. Au bout de quelques minutes, on va le voir, lui demander s’il a bien réfléchi et quelles en sont ses conclusions.
      A bientôt.

    • Pascale dit :

      Claire-Lise, j’entends souvent autour de moi les questions que vous posez. L’adulte croit devoir punir. Pour moi, un enfant mis à l’écart du groupe sur une chaise, c’est déjà une sanction en soi. Nous ne sommes pas là pour punir la personne, nous sommes là pour sanctionner les actes et cela n’a rien à voir… Quand mon fils de 18mois jette son assiette par terre, il ramasse avec une éponge. Et il ne le refait plus parce que ce n’est pas drôle de nettoyer, pas parce qu’il a peur de ma réaction. Je pense que c’est fondamental d’élever un enfant (qu’il soit le sien ou ceux dont on s’occupe) sans la crainte de l’adulte!

      • Sauf que dans la théorie c’est super, mais dans la pratique, comme il est dit dans l’article, chaque enfant est différent !
        Ma 1ère (4 ans) met les papiers à la poubelle sans qu’on lui demande, et a dû déchirer un livre 2-3 fois avant de comprendre que ça ne se faisait pas. Je pensais que je l’avais bien élevée ou que c’était dû à l’imitation de mon comportement… Sauf que ma 2e (2 ans) est venue tout remettre en cause ! Elle jète les papiers par terre, et que je lui demande gentiment ou méchamment, elle me regarde avec un air de « peste » et les laisse par terre ! Pareil pour les livres, elle en déchire encore régulièrement, et toutes les façons de lui dire n’ont pas résolu le problème…

      • Bonjour, tous les enfants sont gentils et cherchent à bien faire. Votre petite fille cherche à attirer votre attention. Il faut expliquer le plus possible. A bientôt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s