Détruire est plus facile que reconstruire…

Détruire est plus facile que reconstruire

Je viens de recevoir ce témoignage d’un parent d’élèves de la classe de primaire. Cette maman m’a demandé de publier son témoignage sur mon blog. Ce que je fais bien volontiers. En effet, je pense qu’il est vraiment très triste que des enseignants ne se rendent pas compte de l’immense influence que nos mots et nos comportements peuvent avoir sur des enfants qui sont tous si sensibles.

Montessori enfants

Le bonheur des enfants d’être à l’école.

Dans une école Montessori, on doit se remettre toujours en question. Ce n’est pas l’enfant qui doit changer mais nous, enseignants, qui devons réfléchir à la solution qui permettra à l’enfant de bien apprendre, de s’épanouir, d’être heureux à l’école et de prendre confiance en lui-même et dans les adultes que nous sommes.

J’en profite pour citer une phrase de Maria Montessori : « Si un enfant ne comprend pas notre façon de lui enseigner, peut-être devrions nous lui enseigner d’une manière qu’il comprenne. »

Maria Montessori

Maria Montessori visitant une classe avec son fils, Mario.

Ou encore celle-ci  » Une façon de se rendre compte de la justesse de notre méthode éducative est le bonheur de l’enfant de venir à l’école. » – Dr. Maria Montessori

Je citerai aussi cette phrase d’Isabelle Filliozat (l’Intelligence du coeur) : « Une erreur fondamentale dans l’éducation est de s’adresser au groupe plutôt qu’à l’individu. Le premier besoin d’un être humain est de se sentir exister pour l’autre. Se sentir accepté inconditionnellement est la base fondamentale de l’épanouissement et du bonheur. Quand on se sent aimé en profondeur et respecté dans son individualité, on peut aller de l’avant sans avoir besoin de défenses ou de protections. On se développe mieux tant physiquement qu’affectivement et même intellectuellement ».

Enfin une dernière phrase au sujet de la pédagogie Montessori :  « Derrière le mot méthode, se cache l’esprit Montessori : un respect infini de l’enfant et, à travers lui, de la personne humaine. La recherche de l’harmonie pour cet enfant dans un milieu tout à la fois doux, calme et sécurisant. L’apprentissage de la tolérance, de la non-violence avec l’espoir de la paix pour l’homme de demain ».

Sylvie d’Esclaibes

Montessori pédagogie

La première classe primaire Montessori aux Etats Unis en 1916.

« Chère Sylvie d’Esclaibes,

Je viens sur ce blog  afin de vous remercier d’avoir accueilli ma fille si rapidement et avec tellement de gentillesse et d’efficacité dans votre école. Ma fille a toujours été une enfant joyeuse, avide d’apprendre, contente le matin en se levant, d’aller à l’école. Elle ne rechignait jamais à faire un travail en classe ou ses devoirs à la maison . Elle était toujours partante pour un sujet d’exposé.
En début d’année une école primaire a ouvert ses portes près de chez moi et j’ai cru bon de la rapprocher, car tout paraissait  accueillant.

Dès les premiers jours, ma fille a commencé à se plaindre d’une  enseignante qui lui faisait peur disait-elle et qui heurtait sa sensibilité d’enfant . Elle sortait de l’école le soir d’humeur maussade, elle traînait des pieds le matin pour aller à l’école le jour où cette enseignante était là. Bref, très vite nous avons alerté l’école et avons voulu comprendre et trouver des solutions. Après une réunion qui a tourné à un tête à tête entre ma fille et l’enseignante qui cherchait à impressionner ma fille et qui la terrorisait ( je l’ai vu de mes propres yeux…)
Que n’ai-je pas fait de tenter une fois au autre essai …. Après 3 semaines d’accalmie, ma fille est entrée en dépression, elle ne dormait plus, ne mangeait plus , elle ne voulait plus se lever pour aller à l’école, elle a perdu 2 kg en 1 semaine, elle faisait des cauchemars et s’est mise à broyer du noir… à mes questions j’avais des réponses pas très claires. Nous avons emmené notre fille voir une psychologue et bien sûr vu son état, elle est restée à la maison plusieurs jours. Il commençait à en ressortir des petites phrases assassines de l’enseignante , des vexations, des reproches quant au fait qu’elle « lui avait envoyé ses parents »… et j’en passe.
En attendant de trouver une solution avec l’école nous l’avons scolarisée un jour sur deux avec l’enseignante qui ne posait pas problème .
L’école n’a rien voulu entendre de la souffrance de ma fille, aucune discussion constructive n’a été possible

Mais le but en racontant tout ceci sur ce blog est de dire que détruire est plus facile que de reconstruire, les enfants sont le bien le plus précieux de l’humanité, on doit y faire attention et le but de l’école n’est pas d’en faire des chiens savants, mais d’en faire des personnes épanouies capable de se mouvoir dans le monde futur qui sera le leur et de les préparer, non pas au passé mais à cet avenir qui les attend. Quand toutes ces conditions sont réunies, ils apprennent avec plaisir.
Je veux dire aussi aux parents qui lisent ça, peu importe les belles peintures, les décorations extérieures, ce qui est important c’est ce qui est au cœur d’une école, ses fondements et sa philosophie ainsi qu’une chose bien plus  importante que la discipline:  la bienveillance.

Vous avez vu en arrivant que ma fille n’avait plus sa joie de vivre et même doutait de ses capacités, vous lui avez fait du bien dès la première semaine avec votre façon de travailler avec elle, avec l’accueil que vous avez préparé avec les enfants, je la vois reprendre des forces chaque jour, elle ne broie plus du noir et elle recommence à dormir sans cauchemars.
Vous avez vu qu’elle vous posait beaucoup de questions sur le droit des enfants et leur sécurité, ça en dit long sur ce qu’elle a ressenti profondément comme une agression.
Je vous remercie énormément d’avoir aidé ma fille et de lui avoir fait retrouver le sourire, le goût de reprendre son crayon..

Audrey B. »

Publicités
Cet article, publié dans Collège, Ecole Athéna Montessori Internationale, Etude pédagogique, Maria Montessori, Maternelle, Primaire, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Détruire est plus facile que reconstruire…

  1. Loetitia dit :

    Bonjour, je suis moi-même enseignante et viens de lire votre témoignage. Vous savez, je crois que le problème vient plus souvent du système que de la personne, même si je comprends votre colère car je suis aussi et avant tout une maman. Quant dans certaines classes vous vous retrouvez avec 3 niveaux et 30 élèves, il est vraiment difficile d’être au top de ses performances, sans oublier la pression de la hiérarchie qui ne demande que du chiffre. Pour ma part, j’essaie d’appliquer des méthodes Montessori dans ma classe qui est pourtant dans une école publique. Mais je vous assure qu’avec des CP, des CE1 et des CE2, une bonne partie d’enfants avec des problèmes familiaux lourds, des enfants vulgaires à un point que vous ne pouvez imaginer car vous ne faites sans doute pas partie de ce genre de familles, et des inspecteurs qui vous demandent des papiers sans cesse, il m’est parfois compliqué de garder mon calme. Je pense que vous devriez envoyer ce message au ministère car c’est l’éducation nationale qui détruit ses enseignants, et un enseignant détruit n’est plus très clairvoyant et peut avoir des comportements inadaptés avec les enfants. Et, je voudrais répondre à Joy qui parle de « témoignage trop courant hélas ». Je pense que sur la quantité d’enseignants que nous sommes, très peu font mal leur travail. Mais dans tous les corps de métiers il y a des personnes difficiles, il ne faut pas pour autant en faire une généralité.

    • Bonjour, Je suis tout à fait d’accord avec tout ce que vous dites. Le souci dans le cas présent est qu’il ne s’agit pas d’une école de l’Education Nationale avec les conditions difficiles dont vous parlez mais d’une enseignante dans une école Montessori avec de petits effectifs et des enfants pour la majorité très faciles. Merci beaucoup pour votre commentaire.

  2. joy dit :

    j’en ai eu les larmes aux yeux…ma hantise..
    je fais « l’ecole a la maison » montessori entre autre et je vois l’epanouissement tota de mes enfants
    j’ai peur que l’ecole (car ils iront..) leur « casse » tt sa leur joie de vivre leur curiosité, deja le systement n’est pas top, mais en plus si l’enseignante n’est pas pedagogue et respectueuse des emotions des eleves.. sa va pas..sa fait peur…
    en tt cas bon courage et bonne chance pr ce nouveau depart a cette louloute :)
    merci du temoignage trop courant hélas..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s