Comment on enseigne en Montessori ?

Blog Montessori en anglais Read in English

Dans cet article, vous allez apprendre comment tout vocabulaire est enseigné dans une classe Montessori.

La leçon de Maria Montessori.

Dans la pédagogie Montessori, tous les enseignements sont dispensés avec ce que nous appelons «la leçon en trois temps». Vous l’avez d’ailleurs vu lorsque j’ai écrit des articles sur l’apprentissage des lettres et des chiffres.

Une présentation de matériel sensoriel.

Je me suis rendu compte lors des stages de formation que cette façon d’enseigner qui est évidente lorsqu’on l’utilise tous les jours dans nos classes, demande beaucoup de répétition pour ceux qui n’en ont pas l’habitude.

J’ai donc jugé important de rédiger un article spécifique afin que chacun d’entre vous puisse le reprendre chaque fois que vous souhaitez enseigner quelque chose à votre enfant. Car cette leçon fonctionne très bien pour tous les apprentissages et à tout âge : les lettres, les chiffres, le vocabulaire sur tout le matériel sensoriel, mais aussi tout le vocabulaire dans les cours de géographie, de sciences, les notes de musique, etc… et aussi pour l’apprentissage des mots dans une autre langue.

La leçon en trois temps.

 

Premier temps :

Présentation de la notion à enseigner avec le mot exact et l’association de la perception sensorielle avec ce nom.

L’Enseignant devra d’abord prononcer les noms et/ou les adjectifs nécessaires sans rien y ajouter. Il doit prononcer les mots très détachés les uns des autres d’une voix claire, de façon à ce que les sons qui composent le mot soient très distinctement perçus par l’enfant. Ainsi, par exemple, en faisant toucher le papier lisse et le papier rugueux, dans les premiers exercices sensoriels, elle dira : « il est lisse ! » – « il est rugueux ! » en répétant plusieurs fois le mot, toujours avec une voix claire et en détachant les syllabes : « lisse – lisse » – « rugueux – rugueux ». Si ce sont des chiffres, il dit bien : « c’est quatre – quatre » – « c’est cinq – cinq », etc…

Enseigner du vocabulaire.

Puisque cette leçon de nomenclature doit consister à provoquer l’association du nom avec l’objet ou avec l’idée abstraite que représente le nom, l’objet et le nom doivent uniquement servir à frapper la conscience de l’enfant : c’est pour cela qu’il est indispensable qu’aucun autre mot ne soit prononcé.

Deuxième temps :

Distinction de l’objet correspondant au mot. L’enseignant doit toujours obtenir la preuve que sa leçon a atteint  son but.

Apprentissage sensoriel.

La première preuve sera de constater que le nom reste associé à l’objet dans la conscience de l’enfant. Il faudra pour cela laisser s’écouler le temps nécessaire entre le premier et le deuxième temps de la leçon, il faudra observer un temps de silence. Puis l’enseignant demandera à l’enfant lentement, et en prononçant très clairement le nom seul (ou l’adjectif) enseigné : « qu’est-ce qui est lisse ? » – « qu’est-ce qui est rugueux ? » et l’enfant désignera l’objet du doigt. Ainsi l’enseignant saura si l’association a été enregistrée par l’enfant.

Le nom des planètes.

Ce second temps est le plus important ; c’est lui qui contient la véritable leçon, l’aide pour la mémoire et l’association. Quand l’enseignant a constaté que l’enfant a compris et qu’il est intéressé, il répétera plusieurs fois la question mais éventuellement de façon différente : «montre-moi ce qui est lisse ? » – « touche ce qui est lisse » – « prends ce qui est lisse » etc…

En répétant plusieurs fois sa question, l’enseignant insiste sur ce mot qui sera finalement enregistré. Et à chaque répétition, l’enfant qui répond en indiquant l’objet, répète l’association qu’il est en train de fixer dans son cerveau. Si toutefois l’enseignant s’aperçoit que l’enfant n’est pas disposé à faire attention, s’il se trompe sans faire l’effort de répondre correctement, au lieu de corriger et d’insister, l’enseignant devra suspendre la leçon pour la recommencer à un autre moment ou un autre jour.

La terre, l’air et l’eau.

 

Troisième temps :

Se souvenir du nom correspondant à l’objet. Le troisième temps est une vérification rapide des leçons faites précédemment. L’enseignant demande à l’enfant (en isolant chaque partie du matériel, c’est-à-dire en ne montrant qu’un objet à la fois) : « Comment est ceci ? », « Qu’est-ce que c’est ? » , « Quelle est cette lettre ? », etc… Si l’enfant a bien enregistré le vocabulaire, il répondra les mots attendus : « c’est lisse », « c’est un quatre », « c’est un ssss », etc…

Trois chiffres.

Conclusion :

Il est important de conclure cette leçon par: « aujourd’hui, nous avons appris «lisse» » et l’enseignant touche le papier lisse, « et «rugueux» » et l’enseignant touche le papier rugueux.

Résumé d’une leçon en trois temps pour enseigner les noms de chaque couleur «rouge», «jaune», «bleu».

Les lettres.

On sort les trois plaquettes devant l’enfant et on dit : «aujourd’hui, nous allons apprendre le nom de trois couleurs ».

Premier temps : en montrant chacune des plaquettes : « c’est rouge, rouge ! », « c’est jaune, jaune ! », « c’est bleu, bleu ».

Deuxième temps : On montre les plaquettes : « montre-moi rouge », « montre-moi jaune », « montre-moi bleu ». On mélange les plaquettes et on pose les mêmes questions et ceci de nombreuses fois.

Le nom des continents.

Troisième temps : On retire les trois plaquettes, on en replace une devant l’enfant en lui demandant : « qu’est-ce que c’est ? », on la retire, on en place une autre : « qu’est-ce que c’est ? », on la retire, on replace la dernière : « qu’est-ce que c’est ? ».

Si l’enfant a répondu correctement, on conclut en reposant les trois plaquettes devant l’enfant, et on dit : « Aujourd’hui, tu as appris  « rouge » (on montre),  « jaune » (on montre), et  « bleu » (on montre). »

Avant d’enseigner les trois couleurs suivantes (un autre jour), on vérifie que l’enfant se rappelle des trois précédentes. S’il ne se souvient que de deux, on reprend celle qu’il n’a pas mémorisée et on y ajoute deux autres.

Déterminant, nom et adjectif.

On présente en général les objets, ou les lettres, ou les chiffres, ou les couleurs, etc… trois par trois. Pour un très jeune enfant ou un enfant qui a quelques difficultés (dyslexie, dyscalculie, difficultés d’apprentissage pour toute raison), on peut cependant faire des présentations avec deux objets.

Pour les enfants autistes également, on ne présente que deux objets à la fois et il faut plusieurs fois revenir dessus sans jamais montrer aucune lassitude.

Sylvie d’Esclaibes

Cet article, publié dans Apprenez vous-même à votre enfant - exercices, Collège, Dyslexie, dyspraxie, enfants différents, Ecole Athéna Montessori Internationale, Enfants précoces - Phobie scolaire - Inadaptés au système traditionnel, Etude pédagogique, Formations Montessori, Maria Montessori, Maternelle, Primaire, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Comment on enseigne en Montessori ?

  1. Oui, vraiment très intéressant !
    Je pensais utiliser la leçon en 3 temps pour les règles d’orthographe par exemple. Est-ce que c’est possible ou est-ce que ce type de leçon n’est à utiliser que pour le vocabulaire ??
    Mille mercis pour ton aide :-)

  2. Clotilde dit :

    C’est très clair, merci pour toutes ces explications !
    (Je me suis permis de faire un lien sur mon blog)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s