~ Niveau scolaire : La France recule dans le palmarès mondial.

Mathématiques - travail individuel

Un travail adapté à chacun.

Vous trouverez ci-dessous un article écrit par Marie-Estelle Pech et publié aujourd’hui dans le Figaro.

Montessori matériel de lectureEncore une fois, il est bien triste de constater que les niveaux en lecture et en mathématiques des petits français ne cessent de baisser.

Et pourtant la lecture est la clé de tout. Un enfant qui lit bien et comprend bien ce qu’il lit se donne le maximum de chance de réussir ses études. Alors qu’à contrario celui qui lit mal ne pourra pas apprendre ses leçons correctement, ne pourra pas prendre de notes, ne pourra pas répondre aux questions posées, ne pourra pas lire les énoncés de mathématiques et sera donc en échec sur toutes les matières.

Montessori alphabets mobiles.C’est la raison pour laquelle au Lycée International Montessori Athéna, nous mettons l’accent sur cette matière. Nous faisons lire individuellement tous les élèves au minimum deux fois par semaine et les plus jeunes quotidiennement. De plus, ils font tous, au minimum deux fois par semaine, une fiche composée d’un texte et de questions relatives à ce texte.

Nous avons créé des fichiers de lecture variées qui permettent d’approfondir les connaissances.

Montessori matériel de lecture.Pour les enfants qui connaissent quelques difficultés dans cet apprentissage de la lecture, je me procure des fichiers supplémentaires afin d’aider à la mémorisation des sons et afin de multiplier les exercices.

Pour les plus âgés, ils doivent lire un livre toutes les trois semaines. Ils doivent ensuite nous en faire un résumé soit par écrit soit à l’oral.

Nous allons organiser un rallye de lecture entre tous les élèves afin de les inciter à lire davantage.

Au moins deux fois par semaine, une de nos professeures qui est également conteuse leur raconte une histoire. Ainsi nous souhaitons leur communiquer le plaisir de la lecture.

Montessori la lecture.

Une conteuse leur raconte des histoires.

Nous incitons également les élèves à apporter les livres qu’ils aiment afin de les partager avec leurs petits camarades.

Nos petits élèves apprennent à lire en maternelle.  Ils ont ainsi plusieurs années pour acquérir de bonnes bases dans cet apprentissage et ils arrivent en CP avec un très bon niveau de lecture.

Montessori matériel des perles dorées.

Le matériel concret pour apprendre les mathématiques.

En ce qui concerne les mathématiques, le matériel concret créé par Maria Montessori permet une connaissance sûre des concepts. Le fait de s’approprier les notions d’une manière sensorielle depuis la maternelle crée des bases solides.

J’ai été frappée ce matin en faisant travailler deux élèves de CP sur la numération. L’un d’entre eux a étudié dans notre classe de maternelle. Il connait déjà parfaitement les nombres jusqu’à 99 et est tout à fait capable de faire l’association entre l’abstrait et le concret, c’est-à-dire qu’il forme parfaitement les nombres avec les dizaines et unités correspondantes. L’autre élève qui vient d’une classe de maternelle classique n’arrive absolument pas à faire l’association du nombre avec la quantité correspondante. Ce qui prouve encore une fois que les bases n’ont pas été construites d’une manière solide.

Montessori les timbres

La manipulation en mathématiques.

Il est vraiment dommage que le système éducatif traditionnel ne se mette pas à adopter les grands principes de la méthode créée par Maria Montessori. Principes qui prouvent chaque jour leur bien fondé.

Je donne actuellement une formation Montessori  à une institutrice remarquable d’une classe de maternelle classique. Sa classe est constituée de 25 jeunes élèves de moyenne section et elle a mis en place pour eux une trentaine de plateaux qu’ils peuvent manipuler en autonomie pendant une heure chaque matin. Ceci est maintenant autorisé par l’Inspection Académique mais au lieu de s’appeler travail selon la méthode Montessori, cela doit se nommer « activités de manipulation autonome ».

Montessori vie pratique.

Les plateaux prêts pour le travail individuel des enfants.

C’est exactement notre manière de travailler dans une classe de maternelle Montessori, sauf que dans la classe Montessorienne le travail individuel dure pratiquement toute la journée alors que dans le système traditionnel il est prévu pendant une heure. Cette institutrice me dit néanmoins qu’elle voit ses petits élèves changer : ils gagnent en autonomie, savent peu à peu se concentrer et progressent considérablement.

Le seul problème est que ces institutrices ne reçoivent aucune formation par rapport à cette organisation, notamment en ce qui concerne le contrôle autonome de l’erreur, l’organisation des plateaux sur les étagères, la séquence dans les différents types d’apprentissage et la fameuse « leçon en trois temps » si chère à Montessori. Elles ont donc beaucoup de mal à organiser leur classe comme il le faudrait. Cette évolution est cependant déjà formidable et s’apparente à une petite révolution au regard de notre système éducatif traditionnel.

Montessori matériel de lecture.

Ils apprennent à lire dans les deux langues en maternelle.

Dans cet article, la journaliste parle aussi du niveau de langues des petits français… Encore une fois, pourquoi ne font-ils pas comme je l’ai organisé au Lycée International Montessori ?

Chez nous, les enfants, dès le plus jeune âge, étudient la moitié de la journée dans une langue et l’autre moitié dans l’autre langue en immersion totale. Ils changent de salle de classe et d’éducatrice car pour moi, une langue n’est pas composée uniquement de mots mais aussi d’un environnement et d’une culture. Et cette méthode a fait ses preuves. Depuis plus de 20 ans que mon établissement existe, combien d’élèves en sont sortis en étant parfaitement bilingues ?

Les méthodes employées dans notre établissement devraient être reprises dans le système classique si nous ne souhaitons pas que le niveau scolaire continue ainsi à baisser.

Sylvie d’Esclaibes

En dépit des réformes, le niveau des élèves français baisse. Auparavant classée parmi les pays les plus performants en mathématiques, la France était déjà descendue en 2009 dans le groupe des «moyens»
« En dépit des réformes, le niveau des élèves français baisse. Auparavant classée parmi les pays les plus performants en mathématiques, la France était déjà descendue en 2009 dans le groupe des «moyens»Selon le classement de l’OCDE, les résultats en mathématiques des élèves français sont très décevants. »

«Nous sommes sous le choc Pisa, pour l’instant, et ça va être encore pire», prophétisait le ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon, lors d’une audition à l’Assemblée nationale, le 23 octobre. «La France décroche totalement» dans la prochaine enquête Pisa, déclarait-il déjà le 10 octobre, sur Canal +. Depuis le printemps dernier, le ministre dispense ce pronostic de «déclin scolaire».

Conduite depuis 2000 par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l’enquête Pisa (Program for International Student Assessment) est la principale évaluation internationale des systèmes éducatifs. Portant sur 65 pays et mesurant les compétences acquises par les élèves de 15  ans en lecture, mathématiques et sciences, cette enquête élaborée tous les trois ans plaçait déjà la France en position médiocre en 2009: 21e rang en lecture, 22e en mathématiques, 27e en sciences!

Les résultats de la dernière étude ne seront connus que mardi 3 décembre. Mais le ministre a choisi depuis plusieurs mois de s’appuyer sur des résultats annoncés catastrophiques pour défendre le bien-fondé de sa politique, à commencer par celle de la réforme des rythmes scolaires ou celle sur le statut des enseignants. «C’est une tactique politique de sa part, pour que les syndicats changent d’attitude et cessent de s’opposer à toutes les réformes. Car, en France, nous n’avons toujours pas connu de “choc Pisa”, contrairement à d’autres pays qui ont su redresser la barre», analyse Bernard Hugonnier, ex-responsable de l’éducation à l’OCDE, aujourd’hui artisan du groupe de réflexion du Collège des Bernardins sur l’éducation. D’autres craignent à l’inverse que le ministre ne désamorce les effets négatifs de l’événement à force d’annoncer le pire…

De fait, le niveau des élèves français baisse depuis la première étude Pisa, il y a dix ans. «Nous n’avons pas de décrochage en matière de résultats bruts. Ces derniers restent sensiblement les mêmes qu’en 2009, en mathématiques, sciences et compréhension de l’écrit. En revanche, des pays nous passent devant, affirme un haut fonctionnaire du ministère de l’Éducation nationale. En dépit des réformes, malgré l’argent massif investi, les résultats des élèves ne s’améliorent pas.» Particulièrement attendus cette année, les résultats en mathématiques étaient très décevants en 2009, accusant une chute de quatorze points. Auparavant classée parmi les pays les plus performants dans cette matière, la France était alors descendue dans le groupe des «moyens»…

Les résultats soulignent par ailleurs que les inégalités entre ceux qui réussissent le mieux et les plus faibles ont tendance à croître. Selon Bernard Hugonnier, «la France offre un très bon système scolaire aux excellents élèves, ceux qui sont inscrits dans les meilleurs lycées de centre-ville. Elle se désintéresse des autres. Le décrochage est là. Notre rang global, au-delà de la vingtième place, est indigne et médiocre pour la cinquième puissance économique mondiale». La France occupait ainsi l’avant-dernière place en termes d’équité scolaire en 2009, juste devant la Nouvelle-Zélande… À l’inverse, sur les premières marches du podium figurent régulièrement la Chine, la Corée, la Finlande, le Canada ou le Japon.

Avec de médiocres performances en 2000, l’Allemagne a connu un véritable «choc Pisa». Pour remonter la pente, la conférence des ministres chargés de l’Éducation avait proposé des mesures dans sept domaines. Elles concernaient notamment l’amélioration des compétences linguistiques dès l’âge préscolaire, l’amélioration de l’enseignement à l’école primaire et l’amélioration continue des compétences de lecture. Mais aussi la mise en relation des mathématiques et des sciences pour une meilleure compréhension des liens interdisciplinaires.

L’étude Pisa ayant montré que les élèves issus de milieux défavorisés étaient particulièrement handicapés, un soutien a été mis en place en particulier pour les enfants et les jeunes issus de l’immigration. Avec succès. »

Cet article, publié dans Collège, Ecole Athéna Montessori Internationale, Etude pédagogique, Lycée International Montessori, Maria Montessori, Maternelle, Primaire, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour ~ Niveau scolaire : La France recule dans le palmarès mondial.

  1. WOLBER Odile dit :

    Bonjour,
    Le risque de l’enquête PISA, c’est de nous amener à évoluer vers un système à l’asiatique. Récemment, une maman de 2 camarades de mes enfants soulignaient « une culture du travail et de la perfection ». Mais les petits coréens font une heure trente de mathématiques et une heure trente de violon chaque soir. Obtenir un bon classement au prix du sacrifice de l’enfance, tel est le risque. Pour ne pas prendre ce chemin, il est indispensable de développer des pédagogies alternatives comme la pédagogie Montessori.

    • Bonjour, Je suis tout à fait d’accord avec vous. Il est tout à fait possible d’obtenir de bons résultats avec des bases solides grâce à toute la richesse du matériel Montessori tout en ayant une scolarité heureuse et en gardant le temps de jouer, de faire de la musique, de l’art, et du sport. C’est ce que nous pratiquons dans notre école Montessori et cela fonctionne très bien. On a aussi le temps de faire la fête, de cultiver notre jardin et de s’occuper des animaux. Merci pour votre commentaire. Sylvie

    • Bonjour, Je suis tout à fait d’accord avec vous. Merci et à bientôt. Sylvie

  2. club7 dit :

    cet article ne m’étonne pas. La France est vraiment nulle dans l’éducation scolaire. IL faudrait que le gouvernement revoit son programme et sa méthode d’enseigner.
    Je me bats pour que mes enfants dyslexiques y arrivent, mais c’est très dur pour eux et ils travaillent énormément quand ils n’ont pas l’école pour arriver à des notes médiocres. J’ai peur pour leur avenir.
    Mais je suis aussi en colère avec l’éducation nationale
    MErci pour cet article

    • Bonsoir, Je suis tout à fait d’accord avec vous. Il est évident que les choses devraient changer dans l’Education Nationale. Tout ce qui existe est beaucoup trop vieux et ne correspond plus aux enfants de nos jours. Et encore plus pour les dyslexiques. Il existe vraiment des moyens pour les aider à mieux réussir et c’est tellement dommage qu’on ne s’adapte pas davantage à leurs difficultés. Il y a des choses tout à fait possible. N’ayez pas peur. Continuez à les soutenir le mieux possible et surtout à les encourager pour qu’ils ne perdent pas le moral et la confiance en eux-mêmes. Merci pour votre commentaire et je reste à votre disposition. A bientôt. Sylvie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s